Suisse: mortalité piscicole d’ampleur pour cette année 2022

Publié

SuisseMortalité piscicole d’ampleur pour cette année 2022

La Fédération suisse de pêche (FSP) constate une quantité de poissons morts comme jamais auparavant. Elle pointe du doigt la production d’énergie hydraulique.

«C’est une véritable catastrophe, on ne peut malheureusement pas en dire autrement», constate Roberto Zanetti, président central de la Fédération Suisse de Pêche (FSP). David Bittner, administrateur de la FSP, ajoute: «Cela nous déchire le cœur de voir les poissons à la recherche d’oxygène ou gisant sans vie dans de rares flaques d’eau qui s’assèchent.» Sur tout le Plateau et au pied sud du Jura, les pêcheurs et les cantons annoncent à une cadence élevée des cours d’eau asséchés et des poissons morts.

1 / 5
Ce genre d’image fait peine à voir.

Ce genre d’image fait peine à voir.

FSP - Jonas Steiner
Certains cours d’eau sont à sec.

Certains cours d’eau sont à sec.

FSP - Jonas Steiner
Un poisson le ventre en l’air, victime d’une eau trop chaude.

Un poisson le ventre en l’air, victime d’une eau trop chaude.

FSP - Jonas Steiner

La FSP constate que la hausse de la température de l’eau conjuguée aux faibles débits précipite la mort des poissons cette année. Actuellement, trois quarts des espèces de poissons indigènes sont menacées, en voie d’extinction ou déjà éteintes.

Pour tenter d’enrayer ce processus, la FSP en appelle aux politiques pour que, à court terme, les autorités cantonales mettent en place une pratique restrictive pour les prélèvements d’eau ainsi qu’un traitement respectueux des habitats servant de refuge aux poissons qui ont besoin d’eaux fraîches. La FSP demande aussi que, pour le bien-être des poissons, les débits résiduels des installations hydrauliques soient maintenus. «Il ne doit et ne peut pas être question, surtout en cette période difficile, de prélever encore les dernières gouttes d’eau des rivières pour la production d’énergie hydraulique et de laisser ainsi encore moins d’eau aux poissons» clame Roberto Zanetti.

(comm/jbm)

Ton opinion

0 commentaires