Actualisé 07.08.2020 à 08:53

CoronavirusMosaïque de solutions pour le port du masque à l’école

Les mesures de sécurité sanitaire prévues pour la rentrée des classes divergent selon les cantons. En Suisse romande, les enseignants devront porter un masque si la distance de 1,5 mètre ne peut pas être respectée.

L’enseignement pourra se dérouler dans des classes entières à condition que les mesures sanitaires soient appliquées.

L’enseignement pourra se dérouler dans des classes entières à condition que les mesures sanitaires soient appliquées.

KEYSTONE

La fin des vacances d’été approche pour les écoliers. Malgré la crise du coronavirus, les écoles tiennent à un enseignement en présentiel. Dans les cantons latins, le port du masque sera imposé pour les degrés post-obligatoires. Outre-Sarine, les solutions divergent.

L’enseignement pourra se dérouler dans des classes entières à condition que les mesures sanitaires soient respectées, indique vendredi la Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP). La rentrée doit être aussi normale que possible, ont précisé plusieurs cantons romands.

Étudiants, enseignants et autres adultes devront se désinfecter les mains et porter un masque si la distance de 1,5 mètre ne peut pas être respectée. Un enseignement non présentiel peut être envisagé.

Pour la scolarité obligatoire aussi, les règles sanitaires devront être respectées. Le port du masque n’est en revanche obligatoire que pour les enseignants qui se tiennent à moins de 1,5 mètre des élèves ou d’autres adultes. Ou si une protection physique n’est pas en place, précise vendredi le canton de Genève. Dans tous les cas, les élèves de plus de 12 ans doivent porter une protection dans les transports publics.

À Neuchâtel, la reprise pourra se faire normalement avec tous les élèves. Pour les établissements scolaires touchés par une mise en quarantaine, des demi-classes, combinées avec un enseignement à distance sont envisagées, a déclaré à Keystone-ATS Jean-Claude Marguet, chef du Service de l’enseignement obligatoire.

La décision est prise sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire et de nouvelles décisions ou recommandations du Conseil fédéral, a ajouté le Département valaisan de la formation.

Solutions modulables

Outre-Sarine, les cantons de Lucerne, Argovie, Bâle-Campagne et Schaffhouse imposent le port du masque au secondaire et dans les écoles professionnelles si la distance minimale de 1,5 mètre ne peut pas être respectée. Argovie impose même un espace minimal de 2,25 mètres carrés pour chaque élève. Dans le canton de Berne, le masque ne sera pas imposé à l’école obligatoire, a-t-il annoncé vendredi matin.

Zurich, Bâle-Ville, Saint-Gall, les Grisons, Thurgovie, Zoug, Obwald, Soleure et Appenzell Rhodes-Extérieures y renoncent pour l’instant pour le post-obligatoire. Pour le canton de Schwytz, le «port du masque n’est pas envisageable», indique-t-il à Keystone-ATS. L’enseignement en présentiel est fortement compliqué, voire impossible.

Bâle-Ville, les Grisons et les cantons de Suisse orientale ne le recommandent que pour les cours où la distance sanitaire ne peut pas être maintenue. Soleure préconise aussi le port ponctuel du masque dans les écoles professionnelles si la distance ne peut être respectée «sur une longue période».

Pour offrir suffisamment d’espace, les écoles bâloises ont réaménagé leurs salles de classe: un seul élève par banc. Les meubles non nécessaires ont été retirés. À Lucerne, le masque sera obligatoire même dans la cour de récréation.

Les élèves bernois se verront attribuer des places fixes dès le secondaire II. Par ailleurs, pour prévenir une propagation du virus dans les gymnases et les écoles professionnelles, les cours commenceront et se termineront si possible de façon échelonnée, tout comme les pauses. Le canton invite aussi les jeunes et les enseignants à utiliser l’application SwissCovid.

À ses frais

Le canton de Genève a indiqué vendredi que des masques seraient distribués pour les deux premières semaines de cours. Quelque 350’000 masques ont déjà été réservés à cet effet. Les personnes en situation financière précaire pourront faire une demande d’aide. Le Valais met des masques à disposition des étudiants du post-secondaire durant une semaine. Masques jetables et industriels en tissus sont autorisés.

Jusqu’au 6 septembre, les étudiants des degrés supérieurs recevront deux masques par jour dans le canton de Vaud. Celui-ci recommande ensuite les masques chirurgicaux. Les masques en tissu doivent porter l’étiquette «TESTEX Community Mask», conformément aux recommandations du Médecin cantonal.

Bâle-Campagne offre également des masques jusqu’aux vacances d’automne dans les écoles post-obligatoires. Dans la majorité des cantons, les élèves devront acheter eux-mêmes les masques.

En Argovie, l’employeur est responsable de distribuer le matériel aux enseignants. À Lucerne, les écoles primaires et secondaires doivent disposer de suffisamment de masques pour des situations particulières, comme des excursions.

Les gymnasiens vaudois porteront le masque

Les élèves des gymnases et des écoles professionnelles du canton de Vaud devront arborer un masque à la rentrée du 24 août. Le port du masque, jusqu’ici recommandé, est obligatoire dès que la distance de 1,5 mètre ne peut être respectée. L’obligation ne concerne pas les plus jeunes, qui fréquentent l’école obligatoire.

Dans les gymnases et écoles professionnelles, le port du masque est obligatoire dès le 10 août pour la session d’examens et dès le 24 août pour la reprise des cours en effectifs complets. La mesure concerne les élèves, les enseignants et le personnel administratif et technique, annonce vendredi le canton dans un communiqué.

S’équiper à leurs frais

Cette obligation s’applique à l’intérieur des établissements, mais aussi dans les cours d’école, lorsque la distance de 1,5 mètre ne peut pas être respectée. En résumé, la plupart du temps.

Les enseignants et le personnel scolaire se verront remettre deux masques chirurgicaux par jour. Les élèves en recevront également lors des examens d’août, puis pendant les deux premières semaines de cours. Dès le 7 septembre, les élèves devront s’équiper à leurs frais. Les masques continueront à être fournis au personnel scolaire.

Combler les lacunes

Les masques doivent être en bon état, de préférence chirurgicaux. Il est «très vivement recommandé» que les modèles en tissu portent l’étiquette «Testex Community Mask», conformément aux recommandations du médecin cantonal, précise le canton.

A la rentrée, des mesures d’appui et de soutien seront proposées aux élèves pour combler les lacunes dues au semi-confinement. Cela concerne aussi bien l’école obligatoire que le post-obligatoire.

Partout, les gestes barrière et les mesures d’hygiène restent de rigueur. A l’école obligatoire, l’enseignement se déroulera dans des classes aux effectifs complets. Le port du masque devient obligatoire pour les enseignants si la distance minimum avec les élèves ou entre adultes ne peut pas être respectée.

Dans les écoles, les cours reprennent en présentiel, en effectifs complets. En fonction des circonstances sanitaires, des quarantaines de classes ou d’établissements pourront être ordonnées par le médecin cantonal, précise le communiqué de presse.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!