Publié

SyrieMoscou ne veut pas que Genève signe la «fin» de Assad

L'organisation d'une conférence internationale de paix sur la Syrie «Genève-2» ne doit pas signifier la «capitulation» du régime de al-Assad, a déclaré mardi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

La Russie, principal soutien du régime syrien, et les Etats-Unis cherchent à organiser une conférence de paix internationale baptisée «Genève-2».

La Russie, principal soutien du régime syrien, et les Etats-Unis cherchent à organiser une conférence de paix internationale baptisée «Genève-2».

AFP

Les dirigeants du G8 avaient affirmé lundi leur volonté de poursuivre le projet de conférence de paix sur la Syrie.

«Nous sommes catégoriquement contre (...) les affirmations selon lesquelles la conférence doit être une sorte d'acte de capitulation publique de la délégation gouvernementale, suivi de la passation des pouvoirs en Syrie à l'opposition», a déclaré Sergueï Lavrov, dans un entretien accordé à l'agence de presse koweïtienne KUNA, et dont le texte a été publié par le ministère.

«Il est extrêmement important que les parties extérieures au conflit créent un climat favorable pour préparer cette conférence», a souligné le ministre russe.

Plus de 94 000 tués au total

Il a mis en garde contre la «substitution» et l'«interprétation libre» des idées exprimées dans le communiqué adopté à l'issue de la première conférence de Genève de juin 2012, qui prévoit notamment la formation d'un gouvernement de transition par le régime syrien et l'opposition.

La Russie, principal soutien de Damas, et les Etats-Unis cherchent à organiser une conférence de paix internationale baptisée «Genève-2», qui réunirait des représentants du régime syrien et de l'opposition, pour tenter de trouver une issue au conflit qui a fait plus de 94'000 tués depuis mars 2011 selon une ONG.

Cette conférence était initialement programmée pour le mois de juin. Mais faute d'accord sur la liste des participants, elle n'aura pas lieu avant juillet. Une nouvelle réunion préparatoire doit avoir lieu le 25 juin.

Réunion entre Poutine et Obama

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré avoir convenu de maintenir les efforts en ce sens avec son homologue américain Barack Obama, à l'issue d'un entretien lundi en marge du sommet du G8 en Irlande du Nord. Et les dirigeants du G8 ont affirmé leur volonté de poursuivre le projet de conférence de paix sur la Syrie.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Lakdhar Brahimi, a estimé mardi que beaucoup restait à faire pour obtenir des avancées d'une conférence internationale sur le conflit syrien.

L'accord de Genève sur la Syrie, scellé lors d'une première conférence il y a un an et jamais appliqué, dessine les contours d'un règlement politique, mais sans se prononcer sur le sort du président syrien Bachar al-Assad, dont le départ préalable est exigé par l'opposition.

(ats/afp)

Votre opinion