Guerre en Syrie: Moscou promet un retrait «sécurisé» aux rebelles

Publié

Guerre en SyrieMoscou promet un retrait «sécurisé» aux rebelles

L'armée russe a annoncé être prête à garantir aux rebelles armés une sortie de la métropole septentrionale.

La ville syrienne d'Alep était encore écrasée jeudi sous les bombes du régime et de la Russie qui s'est dit prête à assurer aux rebelles armés un retrait en toute sécurité, à quelques jours de nouveaux pourparlers russo-américains sur la Syrie.

Principal front du conflit syrien, Alep connaît son pire cycle de violences depuis le début il y a trois semaines d'une offensive de l'armée syrienne appuyée par les avions russes visant à reconquérir la partie rebelle, qui échappe au pouvoir depuis 2012.

A coups de bombardements intenses et destructeurs, mais aussi d'avancée sur le terrain, le régime de Bachar el-Assad veut soumettre les quartiers aux mains des insurgés, situés dans la partie Est de la deuxième ville du pays.

Garantie pour les rebelles

De son côté, l'armée russe a annoncé être prête à garantir aux rebelles armés une sortie de la métropole septentrionale.

«Nous sommes prêts à assurer un retrait sécurisé aux rebelles avec leurs armes, le libre passage des civils de la partie Est d'Alep et leur retour, ainsi que l'acheminement d'aide humanitaire», a annoncé le général russe Sergueï Roudskoï, sans élaborer.

Cette nouvelle proposition russe de points de sortie «sécurisés» --après une première en juillet-- intervient avant une réunion internationale samedi à Lausanne entre Russes, Américains et des représentants des pays de la région pour parler de la Syrie.

Dans la partie rebelle où vivent 250'000 habitants, plus de 370 personnes, en grande majorité des civils et dont 68 enfants, ont été tués depuis le 22 septembre dans les bombardements aériens et d'artillerie, selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Au moins sept civils ont été tués dans une série de frappes aériennes jeudi matin, d'après l'OSDH. Dans le même temps, l'armée qui ne cesse d'avancer a capturé plusieurs collines surplombant la partie rebelle.

«Crimes de guerre»

Un correspondant de l'AFP à Alep-Est a constaté que les frappes ont repris dans l'après-midi sur ce secteur assiégé depuis pratiquement trois mois et où les hôpitaux sont régulièrement visés. L'ONU, la France et les Etats-Unis ont dénoncé des «crimes de guerre».

La télévision d'Etat a elle fait état de la mort de quatre enfants dans des tirs de roquettes qui ont touché une école dans la partie occidentale d'Alep, contrôlée par le régime.

Des résidents dans la partie gouvernementale ont affirmé qu'ils ont été obligés de sortir en hâte de leurs voitures et de se cacher dans les immeubles en raison des tirs de roquettes.

Le prochain secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a affirmé qu'il était «grand temps» de surmonter les divisions de la communauté internationale sur la Syrie. Mais cinq ans après le début du conflit en Syrie, la communauté internationale s'avère toujours incapable de mettre fin au bain de sang dans le pays, et en particulier à Alep.

Réunions internationales

Les Etats-Unis et la Russie, qui avaient «suspendu» il y a plusieurs jours leur dialogue sur la Syrie, ont annoncé mercredi deux réunions internationales avec des puissances arabes et européennes: la première samedi à Lausanne et la seconde dimanche à Londres.

Le porte-parole du département d'Etat américain John Kirby a indiqué que le principal sujet de conversation à Lausanne serait «la brutalité continue du siège d'Alep et les frappes intentionnelles de l'armée russe et du régime syrien».

Le président russe «Vladimir Poutine a exprimé l'espoir que la rencontre prévue le 15 octobre à Lausanne (...) soit productive afin de contribuer réellement au règlement» du conflit syrien, a indiqué pour sa part le Kremlin.

La semaine dernière, la Russie avait mis son veto à une résolution française au Conseil de sécurité de l'ONU qui prévoyait un cessez-le-feu à Alep et l'interdiction de son survol par tous les avions militaires.

Réunion à Londres

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a pour sa part salué le rapprochement entre Ankara et Moscou. «Nous voyons la réduction des tensions entre la Turquie et la Russie comme une possible opportunité» pour trouver une solution en Syrie, a-t-il déclaré.

Après Lausanne, le secrétaire d'Etat américain John Kerry se rendra dimanche à Londres pour retrouver ses «partenaires internationaux», c'est-à-dire très probablement ses homologues des puissances européennes, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France.

Depuis mars 2011, le conflit syrien s'est complexifié et internationalisé, provoquant la mort de plus de 300'000 personnes.

Plus de 13,5 millions de Syriens, dont six millions d'enfants, ont besoin d'aide humanitaire, selon l'ONU, qui peine à acheminer l'aide aux 5,5 millions de Syriens vivant dans des zones difficiles d'accès, dont près de 600'000 dans des zones assiégées.

(AFP)

Ton opinion