19.06.2016 à 14:33

SyrieMoscou réplique aux accusations de Washington

Le porte-parole du ministère de la défense russe a réagi aux soupçons de la coalition internationale quant à ses actions sur le terrain.

1 / 125
Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont déclarés prêts, lors d'une conversation téléphonique, «à intensifier la coordination» militaire entre les deux pays en Syrie, a annoncé le Kremlin. (Mercredi 6 juillet 2016)

Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Barack Obama se sont déclarés prêts, lors d'une conversation téléphonique, «à intensifier la coordination» militaire entre les deux pays en Syrie, a annoncé le Kremlin. (Mercredi 6 juillet 2016)

Keystone
Pour la première fois depuis 2012, un convoi humanitaire, composé de 37 camions, est parvenu à ravitailler les villes de Zamalka et Erbine dans les environs de Damas en Syrie.

Pour la première fois depuis 2012, un convoi humanitaire, composé de 37 camions, est parvenu à ravitailler les villes de Zamalka et Erbine dans les environs de Damas en Syrie.

Keystone
Des rebelles syriens ont progressé en direction d'une importante ville frontalière avec l'Irak. Ils se sont emparés d'une petite base aérienne tenue par l'Etat islamique (EI). (Image d'illustration, 13 mars 2014)

Des rebelles syriens ont progressé en direction d'une importante ville frontalière avec l'Irak. Ils se sont emparés d'une petite base aérienne tenue par l'Etat islamique (EI). (Image d'illustration, 13 mars 2014)

Keystone

La Russie a démenti dimanche les accusations américaines évoquant des frappes russes contre des rebelles soutenus par la coalition internationale dans le sud de la Syrie.

Selon elle, la cible bombardée se trouvait «à plus de 300 km» de celle indiquée par Washington.

A l'occasion d'un vidéo-conférence avec leurs homologues russes, des responsables du Pentagone «ont exprimé leurs vives préoccupations à propos de l'attaque contre des forces anti-Etat islamique (EI) soutenues par la coalition dans la garnison d'Al-Tanaf».

Quelques heures plus tard, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a démenti que la Russie avait bombardé des zones où se trouvaient des rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis. Il a précisé que l'armée de l'air russe était intervenue «dans le cadre des procédures convenues» et qu'elle avait averti à l'avance la coalition internationale des cibles visées.

M. Konachenkov a également accusé dimanche les Etats-Unis de ne pas fournir les coordonnées des zones où combattent les rebelles syriens qu'ils soutiennent, ce qui «ne permet pas à l'armée de l'air russe d'agir avec précision».

Le ministre russe de la Défense avait déclaré jeudi qu'il n'avait pas ordonné de frappes contre les forces de l'opposition concernées par les cessez-le-feu, mais sans mentionner la garnison Al-Tanaf.

Le Pentagone s'est par ailleurs dit préoccupé d'une visite surprise du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgu au président syrien Bachar el-Assad à Damas pour discuter d'une coopération militaire «pour combattre les organisations terroristes sur le sol syrien».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!