Russie: Moscou se désengage de Kalachnikov

Publié

RussieMoscou se désengage de Kalachnikov

Le conglomérat d'Etat Rostec va réduire sa participation du fabricant du légendaire fusil d'assaut AK-47.

Une femme avec un fusil d'assaut AK-47.

Une femme avec un fusil d'assaut AK-47.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Les pouvoirs publics russes vont se désengager partiellement de Kalachnikov, transformé en profondeur ces dernières années et dont les produits connaissent un succès croissant à l'export. Le montant de la transaction, qui reste soumis à l'approbation des autorités, n'est pas dévoilé.

Le conglomérat d'Etat Rostec compte réduire sa participation de 51% à 25%, une minorité de blocage, au profit des investisseurs privés qui détiennent déjà 49%, dont le directeur général Alexeï Krivoroutchko, a indiqué vendredi Kalachnikov.

«En 2013, les pertes du groupe s'élevaient à près de deux milliards de roubles» (quelque 33 millions de francs au taux actuel mais bien plus alors), indique le directeur général de Rostec Sergueï Tchemezov dans le communiqué.

L'arrivée d'investisseurs privés et des «transformations importantes» ont permis à la société de retrouver «des résultats financiers positifs», ajoute le responsable de Rostec, qualifiant le partenariat public-privé de «modèle efficace de refonte des industries publiques».

Changement d'image

Fondée en 1807 à Ijevsk (1300 kilomètres à l'est de Moscou), l'ex-usine Ijmach a été transformée depuis 2013, quand Rostec l'a fusionnée avec une fabrique voisine, Ijmekh, et renommé l'ensemble du nom de son plus célèbre employé, Mikhaïl Kalachnikov, l'inventeur du AK-47 mort fin 2013 à 94 ans.

L'un des derniers actes publics du créateur du fusil le plus vendu au monde avait été de dénoncer auprès de Vladimir Poutine le déclin de l'entreprise, une mauvaise gestion et les bas salaires des ouvriers.

Après l'arrivée d'actionnaires privés, dont Krivoroutchko, un changement d'image a été opéré avec de nouveaux modèles et une diversification (vêtements, couteaux, boutiques de souvenirs). L'accent a été mis sur l'exportation, malgré les sanctions américaines liées à la crise ukrainienne. Kalachnikov a annoncé en janvier 1700 embauches, une hausse de 30% de ses effectifs, pour répondre à l'augmentation des exportations. Après les sanctions, la nouvelle filiale pour le marché américain a été transformée en entreprise distincte, Kalashnikov USA.

(ats)

Ton opinion