Publié

SoutienMoscou va donner 3 milliards de dollars à l'Ukraine

L'Ukraine doit recevoir dès mardi trois milliards de dollars représentant la première partie du plan de sauvetage financier accordé par la Russie et dénoncé par l'opposition pro-européenne.

DR

Trois milliards de dollars: c'est la somme que Kiev va recevoir mardi de la part de la Russie.

«L'opération a été effectuée vendredi. Le transfert définitif des fonds devrait avoir lieu, selon nos estimations, mardi», a déclaré Anton Silouanov.

Lors d'une visite mardi dernier du président ukrainien Viktor Ianoukovitch à Moscou, la Russie a accordé une aide financière à l'Ukraine, au bord de la faillite et en récession. Elle va d'une part investir 15 milliards de dollars en titres de dette publique ukrainienne, dont trois milliards avant la fin d'année, et d'autre part accorder une baisse de 30% sur le prix du gaz qu'elle vend à Kiev.

L'opposition ukrainienne, mobilisée depuis plus d'un mois dans le centre de Kiev contre le renoncement du pouvoir à un rapprochement économique avec l'UE au profit de Moscou, avait alors dénoncé la «mise en gage» du pays à la Russie.

Les obligations d'Etat ukrainiennes, d'une maturité de deux ans, doivent être achetées avec de l'argent puisé dans le fonds mis en place par les autorités russes à l'origine pour préparer la Russie à une chute des cours du pétrole, qui représente la moitié de ses rentrées budgétaires.

Non à l'augmentation du prix du gaz

«Il a été décidé de soutenir notre voisin, nos entreprises en garantissant les échanges commerciaux», a expliqué Anton Silouanov.

Le Fonds monétaire international avait de son côté accordé en 2010 un crédit de plus de 15 milliards de dollars à l'Ukraine, dont elle n'a versé que trois milliards, exigeant en préalable à tout nouveau versement l'adoption de réformes impopulaires rejetées par Kiev.

Le président ukrainien a répété ces dernières semaines qu'il n'était pas prêt à accepter notamment la hausse du prix du gaz exigé par le FMI, qui estime que ces subventions aux ménages et à l'industrie représentent 7% du produit intérieur brut et favorisent les consommateurs les plus aisés.

(AFP)

Votre opinion