Publié

HOCKEY SUR GLACEMoser libère la Suisse à huit secondes du gong

La Suisse a souffert pour son entrée dans le tournoi olympique. A Sotchi, elle a battu 1-0 la Lettonie lors de son premier match de poule.

1 / 18
La déception de Roman Wick (à gauche) et de Luca Cunti sur le banc dans les dernières minutes de la rencontre face aux Lettons.

La déception de Roman Wick (à gauche) et de Luca Cunti sur le banc dans les dernières minutes de la rencontre face aux Lettons.

Keystone
Le deuxième but letton face à la Suisse est l'œuvre de Lauris Darzins dans un angle très fermé (18 février).

Le deuxième but letton face à la Suisse est l'œuvre de Lauris Darzins dans un angle très fermé (18 février).

Keystone
Oskars Bartulis décoche une frappe soudaine dans le 1er tiers. Masqué, Jonas Hiller est battu (18 février).

Oskars Bartulis décoche une frappe soudaine dans le 1er tiers. Masqué, Jonas Hiller est battu (18 février).

Keystone

Le but de la victoire est tombé à 8'' du terme du temps réglementaire. Un centre de Simon Moser dévié par un défenseur letton a permis à la sélection helvétique d'empocher trois points précieux.

Un premier match n'est jamais facile lorsque neuf joueurs n'ont rejoint l'équipe que deux jours avant la compétition. En ajoutant le poids de la médaille d'argent aux Mondiaux 2013 et les nouvelles attentes autour de la sélection helvétique, on peut comprendre pourquoi rien ne fut facile pour les joueurs de l'entraîneur Sean Simpson.

Déjà, l'adversaire s'est montré habile sur le plan tactique. Les Lettons du «Genevois» Kaspars Daugavins et du «Zurichois »Ronalds Kenins ont appliqué sans doute la seule tactique payante face aux Suisses: le jeu dur. Les Baltes ont malmené leurs adversaires dès que ces derniers s'approchaient de la cage de Masalskis. Le système ne pouvait marcher qu'avec un gardien remarquable. Le portier de Poprad (Slq) le fut à de nombreuses reprises. Les attaquants suisses l'ont bombardé à de nombreuses reprises, mais il s'en est chaque fois sorti.

Trahi par l'un des siens

Masalskis n'a capitulé qu'à quelques secondes du terme du temps réglementaire, quand Simon Moser s'est lancé dans un rush sur l'aile gauche. L'attaquant des Nashville Predators a centré en direction de Niederreiter, mais le Letton Georgijs Pujacs a détourné le palet dans son propre but. Masalskis cédait enfin, mais trahi par l'un des siens.

Ce succès, finalement mérité mais un peu heureux dans son dénouement, semblait ravir Sean Simpson. «Cela prouve que nous avons gardé notre concentration jusque dans les dernières secondes. Nous savions que le match serait très difficile. J'avais vu plusieurs matches des Lettons, qui sont très physiques. Nous avons prouvé que notre médaille d'argent n'était pas le fruit du hasard. Nous avons su garder les pieds sur terre en abordant ce match.»

Tout ne fut pas parfait

Mais tout ne fut pas parfait, loin de là. Outre le gros déchet à la finition, certains joueurs ont tenté parfois le raid solitaire au lieu de chercher à combiner. Roman Josi s'est lancé à deux reprises dans des chevauchées qui n'ont rien donné. Luca Cunti a tenté de l'imiter mais sans plus de succès. Les habituels compteurs de l'équipe se sont retrouvés en difficulté devant le jeu physique des Lettons. Dès lors, il ne fut pas étonnant de voir briller les lignes de Niederreiter (le meilleur Suisse sur la glace) ou bien celle du très tonique duo Ambühl-Suri.

Le jeu de puissance n'a pas non plus convaincu. Alors qu'on aurait voulu voir un Mark Streit conquérant, le «blue-liner» de Philadelphie s'est complètement loupé dans ses tirs. «Oui, c'est vrai notre power-play pourrait être meilleur. Mais un peu de patience, réclame Simpson. Sur le dernier, Romy s'est quand même créé une belle occasion de marquer.»

La Suisse devra sérieusement hausser la qualité de son jeu vendredi (13h heure suisse) face aux champions du monde suédois si elle veut prétendre empocher au moins un point. Simpson a dit qu'il décidera ce jeudi s'il maintient Hiller dans les buts (où il fut excellent) ou s'il lance Reto Berra.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE - SUÈDE

Bolshoï Ice Dome. 11'419 spectateurs. Arbitres: MM. Olenin (Rus), Sutherland (Can), Dedyulya (Bié) et Devorski (Can). Buts: 11e Karlsson (Ekman-Larsson, Steen) 0-1, 14e Berglund (Ekman-Larsson, Lundqvist) 0-2, 21e Zetterberg (Landeskog, Kronwall) 0-3, 25e Karlsson (Daniel Sedin, Bäckström/5 c 4) 0-4, 29e Zidlicky (Elias) 1-4, 31e Jagr (Plekanec, Kaberle) 2-4. République tchèque: Kovar/Salak (dès la 21e); Zidlicky, Michalek; Rozsival, Kaberle; Krajicek, Barinka; Jagr, Plekanec, Cervenka; Voracek, Krejci, Palat; Nedved, Elias, Erat; Frolik, Novotny, Michalek; Hemsky. Suède: Lundqvist; Jonathan Ericsson, Kronwall; Hjalmarsson, Oduya; Karlsson, Ekman-Larsson; Tallinder; Steen, Zetterberg, Landeskog; Daniel Sedin, Bäckström, Jimmie Eriksson; Alfredsson, Berglund, Nyquist; Hagelin, Krüger, Ericsson; Silfverberg. Pénalités: 5 x 2' contre les deux équipes.

(SI)

Votre opinion