03.03.2014 à 05:33

BitcoinsMtGox ouvre une ligne téléphonique pour ses créanciers

MtGox, la plate-forme en faillite d'échanges de monnaie virtuelle Bitcoin, a ouvert lundi au Japon une ligne d'assistance téléphonique pour ses créanciers.

ARCHIVES, Keystone

Au total, 127'000 des utilisateurs de MtGox, la plate-forme en faillite d'échanges de monnaie virtuelle Bitcoin, sont concernés par la perte de centaines de milliers de Bicoins et autres fonds.

Les intéressés peuvent joindre le centre d'assistance mis en place par MtGox au numéro japonais 81-3-4588-3921 disponible de 2 heures à 9 heures en semaine.

Vendredi dernier, MtGox avait déposé le bilan et demandé à bénéficier de la loi sur les faillites auprès d'un tribunal de Tokyo. La plate-forme a affirmé avoir été victime du vol de 750'000 Bitcoins (BTC) appartenant à des clients et de 100'000 BTC détenus par la société.

Au cours du Bitcoin lundi à 4 heures, l'ensemble est évalué à 350 millions d'euros. En outre, quelque 2,8 milliards de yens (20 millions d'euros) de dépôts manqueraient aussi à l'appel.

Points faibles du système

MtGox, une des plus importantes plates-formes d'échanges de Bitcoin (une monnaie virtuelle reposant sur l'autorégulation), a déclaré un passif de 6,5 milliards de yens (50 millions d'euros) et indiqué que 127'000 utilisateurs étaient concernés, dont environ 1000 Japonais.

Le PDG de MtGox, le Français de 28 ans Mark Karpelès, a refait surface vendredi soir pour une conférence de presse au cours de laquelle il a présenté des excuses, entouré d'avocats chargés de défendre ce dossier qui a eu des répercussions internationales et fait réagir les grands argentiers du monde.

Selon lui, «le système informatique avait des points faibles, et, par conséquent, les Bitcoins ont disparu». La plate-forme avait arrêté les retraits en devises le 7 février puis interrompu toutes les transactions moins de trois semaines plus tard, après avoir prétendument découvert la faille.

Un bug informatique aurait permis à des pirates de s'emparer de la monnaie virtuelle. Des enquêtes sont ouvertes au Japon.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!