Ouverture: Mucivi à La Tchaux: «Ce n'est pas un musée politique»

Publié

OuvertureMucivi à La Tchaux: «Ce n'est pas un musée politique»

Le Musée des civilisations de l'Islam intrigue et inquiète à La Chaux-de-Fonds. Réponses aux interrogations.

par
Vincent Donzé
La directrice Nadia Karmous assure que les donateurs musulmans n'interviennent pas dans le contenu du musée.

La directrice Nadia Karmous assure que les donateurs musulmans n'interviennent pas dans le contenu du musée.

Keystone

Le Musée de l'Islam qui inquiète à La Chaux-de-Fonds se veut «un lieu d'ouverture, pas de fermeture», selon ses concepteurs. Une «invitation à l'intelligence», financée par les donateurs étrangers. Sa directrice, Nadia Karmous, son muséologue, Olivier Schinz, et son directeur scientifique Khaldoun Dia-Eddine, s'expliquent.

À QUI S'ADRESSE LE MUSÉE?

Au grand public, toutes religions confondues. Mais la cible avouée, c'est la jeunesse qui doit «se connaître elle-même» et «connaître l'autre». «Le message est rationnel: nous fournissons des faits pour faciliter la réflexion et le positionnement», insiste le directeur scientifique, Khaldoun Dia-Eddine. Les confrontations, d'accord, mais «bienveillantes et respectueuses».

QUEL EST SON CONTENU?

Les Grecs et les Romains n'ont pas tout fait: la contribution musulmane est présentée en six salles, sans l'intention de donner des leçons: «Nous ne voulons pas laver les cerveaux, mais proposer un chemin menant de l'ignorance à la révélation», résume Olivier Schinz. L'intention, c'est de «casser les dogmes», sans allusion au conflit entre chiites et sunnites. Rien non plus sur Daech: «Ce n'est pas un musée politique», disent ses concepteurs.

POURQUOI AVOIR CHOISI LA CHAUX-DE-FONDS?

Il est question de «respect démocratique», de «principe républicain»… et de marché immobilier. Les autorités communales estiment avoir des contacts harmonieux avec la communauté musulmane, qui forme 8% de la population. Le président Théo Huguenin-Elie l'a dit à L'Impartial: «Il est évident qu'il y a au sein de cette communauté un courant conservateur, mais conservateur ne signifie pas fondamentaliste.»

LE MOMENT EST-IL BIEN CHOISI?

La genèse du projet remonte à 16 ans, mais le directeur scientifique, Khaldoun Dia-Eddine, ressent un «devoir d'intégration» et un engagement «contre l'intégrisme». Pour l'anthropologue Olivier Schinz, il est temps pour les musulmans d'exprimer leur vision de l'islam: «Leur voix plurielle et différenciée doit s'exprimer dans la discussion, le dialogue, le débat.»

QUI A PAYÉ 4 MILLIONS?

La directrice évoque une amitié tissée avec des femmes du Koweït et du Qatar établies sur la Riviera lémanique, qui l'ont contactée il y a 18 ans, pour connaître des horaires de culte et des adresses de boucheries halal, puis pour servir de traductrices et d'accompagnatrices. D'autres donateurs ont transité par les fondations Qatar Charity et Bin Abdullah, International Islamic Charitable Society et Zakat House.

L'INDÉPENDANCE EST-ELLE GARANTIE?

«Quand j'ai raconté mes rêves, elles m'ont fait confiance», assure Nadia Karmous, en parlant de ses copines de shopping. L'argent n'a pas été versé sur la base d'une promesse, mais d'un prototype. Et l'anthropologue Olivier Schinz de s'insurger: «Je ne suis aux ordres de personne! Je ne suis pas un serviteur à qui on peut faire dire ce qu'on veut, ni une potiche qui servirait d'alibi scientifique.»

POURQUOI TANT DE MÉFIANCE?

Le terrain qui jouxte le musée est promis à un investissement de 22 millions pas encore récoltés. Que cache ce projet? «Pas une armée de terroristes, ni une école d'intégristes», affirme le muséologue Olivier Schinz. La construction d'appartements proposés à toute la population doit permettre de financer l'exploitation du musée, dont le budget est assuré pour deux ans. Il y aura une piscine ouverte tantôt aux femmes, tantôt aux hommes, tantôt aux deux sexes, «comme n'importe quel wellness», selon Nadia Karmous.

FAUT-IL CRAINDRE DE L'HOSTILITÉ?

Le député neuchâtelois Walter Willener voit dans La Chaux-de-Fonds un futur «Molenbeek de la Suisse». Les attaques sont verbales, et Nadia Karmous s'en remet à Dieu: «On a confiance, tout ira bien.» Les deux Securitas engagés pour le week-end inaugural auront comme mission principale de gérer le trafic et le parking.

Le Mucivi, av. Léopold-Robert 109, sera inauguré vendredi prochain, et ouvert au public les 28 et 29 mai.

Ton opinion