Publié

Qatar 2022Murat Yakin: «Xhaka, Shaqiri et Rodriguez ont porté l’équipe»

Le sélectionneur a salué la prestation de ses joueurs d’expérience. Ce sont eux qui ont contribué à la victoire 3-2 contre la Serbie et la qualification de la Suisse pour les 8es de finale.

par
Valentin Schnorhk
(Doha)
Murat Yakin a pu se reposer sur ses cadres, dont Xherdan Shaqiri.

Murat Yakin a pu se reposer sur ses cadres, dont Xherdan Shaqiri.

AFP

«Une longue journée» s’achève. Ce sont les mots de Murat Yakin. Le sélectionneur savoure l’instant: jouer à 22 heures locales est pesant, mais à la fin, c’est le bonheur de ce succès 3-2 contre la Serbie qui prime. «Nous avons pu mettre en œuvre ce que nous avions préparé, a-t-il dit en conférence de presse. La Serbie a certes eu un avantage à un moment, mais j’avais un bon sentiment. Nous savions ce que nous avions à faire et nous avons pu être à la hauteur des attentes. Nous avons vraiment mérité notre victoire.» Et la qualification.

Murat Yakin n’a pas fait pire qu’un autre sélectionneur: il est en 8e de finale de la Coupe du monde avec l’équipe de Suisse. Il doit une fière chandelle à ses cadres. Il le sait. Et il le reconnaît: «C’était un match avec beaucoup d’émotions. Nous l’avions bien commencé en marquant et puis nous avons eu deux pertes de balles malheureuses, qui ont coûté cher. Mais je félicite grandement l’équipe, pour être parvenue à revenir dans le match. Ce sont surtout les joueurs d’expérience – Granit (Xhaka), «Shaq» (Shaqiri), Rodriguez – qui ont porté l’équipe.»

«J’avais confiance en mon équipe»

Murat Yakin, sélectionneur de l’équipe de Suisse

Pas de quoi paniquer. Du moins à en croire Yakin: «J’avais confiance en mon équipe, assure-t-il. Les buts qui ont été encaissés étaient de notre faute, c’était un problème d’organisation, mais ils ne nous ont pas arrêtés de jouer de manière offensive. Notre équipe a su rester calme.» Et ce malgré le contexte.

«L’hommage» de Xhaka

Granit Xhaka a été élu homme du match. À tort ou à raison, c’est lui qui porte dans ses mains le trophée le récompensant. Il a été sollicité. Sa voix cassée sur l’estrade le révèle. «Un match avec beaucoup d’émotions, mais je voulais me concentrer sur le football, reconnaît le capitaine de l’équipe de Suisse. Notre succès est mérité, l’entraîneur nous a bien placés.»

Xhaka a fêté ça avec le public suisse, en portant un maillot retourné, nom et numéro sur le ventre: ceux d’Ardon Jashari, son jeune coéquipier. Référence politique (par exemple à Adem Jashari, héros national du Kosovo)? «Non, rien de politique là-dedans, balaye-t-il. C’était une référence à Ardon, qui est un jeune qui grandit vite, que je conseille beaucoup et qui mérite beaucoup de respect pour ce qu’il accomplit.»

Pas d’huile sur le feu. «Granit a fait un super match, apprécie Yakin. C’est normal qu’il y ait des émotions dans un match pareil, mais je crois qu’il n’y avait rien qui sortait de la normalité. Granit a pris ses responsabilités dans cette rencontre.» Un leader, dont la Suisse aura besoin en 8es de finale contre le Portugal. «Ils seront favoris, mais dans un match à élimination directe, tout est possible», sourit-il.

D’ailleurs, qu’en est-il des absents du jour, Yann Sommer et Nico Elvedi? «Ils souffrent d’un sévère refroidissement, a expliqué Yakin. Ils allaient mieux hier, mais ça s’est à nouveau dégradé aujourd’hui. On verra comment ils iront samedi et durant les jours à venir. Mais je ne me fais pas de souci: nous avons une très bonne équipe.» Lorsqu’elle joue, personne n’en doute.

Ton opinion