US Open: Nadal préfererait éviter Federer en demi-finale
Publié

US OpenNadal préfererait éviter Federer en demi-finale

Contrairement au Bâlois, le Majorquin, no 1 mondial, n'a pas envie de devoir l'affronter en demi-finale de l'US Open.

Les deux joueurs ici à l'US Open en 2010.

Les deux joueurs ici à l'US Open en 2010.

Keystone

Roger Federer a affirmé samedi qu'il adorerait affronter enfin Rafael Nadal dans le cadre de l'US Open. Le Majorquin n'a en revanche pas caché qu'il préférerait éviter un tel duel.

«Si je parviens à me hisser en demi-finales, j'aimerais mieux ne pas devoir me mesurer à lui. Je préférerais affronter quelqu'un d'autre. C'est logique, non?», a lâché Rafael Nadal. «Je préférerais forcément jouer contre quelqu'un de moins fort, si possible», a souri le gaucher majorquin, qui a il est vrai perdu les trois duels livrés face au Bâlois en 2017. Le no 1 mondial a notamment été battu par l'homme aux 19 titres du Grand Chelem dans les finales de l'Open d'Australie et du Masters 1000 de Miami cette saison.

A l'image de Roger Federer, Rafael Nadal préfère se concentrer sur son adversaire du 1er tour (Dusan Lajovic). «Roger et moi avons chacun cinq matches à gagner pour nous retrouver au stade des demi-finales. Ca fait beaucoup de points et beaucoup de jeux à gagner, pour lui comme pour moi», a glissé le décuple champion de Roland-Garros, qui n'a qui plus est guère brillé depuis son sacre parisien: il a échoué en 8es de finale à Wimbledon comme à Montréal, puis en quart de finale à Cincinnati.

Dans les meilleures dispositions

Sacré à New York en 2010 et en 2013, Rafael Nadal aborde néanmoins cette dernière levée du Grand Chelem dans les meilleures dispositions malgré ses récents échecs prématurés. «Je me réjouis de commencer ce tournoi. Mais je me fiche de la place de no 1 mondial. Ce qui m'intéresse, c'est de tout faire pour être prêt pour mon 1er tour, et essayer de réussir un bon US Open», a-t-il lâché.

Interrogé comme Roger Federer sur les forfaits à répétition (Wawrinka, Djokovic, Nishikori, Raonic et désormais Murray) auquel cet US Open est confronté, Rafael Nadal a par ailleurs pointé du doigt un problème majeur à ses yeux: les balles. «Ce n'est pas bon pour les poignets, les coudes ou les épaules de devoir jouer avec des balles à chaque fois différentes au Canada, à Cincinnati et ici», a-t-il souligné.

Le Majorquin estime néanmoins que l'âge a également son importance. «Nous n'avons plus 20 ans. Stan (réd: Wawrinka) a 32 ans, j'ai 31 ans et demi, Novak (Djokovic) a 30 ans, Andy (Murray) a 30 ans. C'est logique que nous soyons parfois blessés.»

Roger Federer partage d'ailleurs ce point de vue. Le Bâlois a même refusé samedi de parler d'un calendrier trop chargé: «On pourrait couper la saison en deux, puis à nouveau en deux afin d'alléger notre programme. Mais au final, on serait blessés car on ne jouerait pas suffisamment», a-t-il lâché.

(ats)

Votre opinion