21.05.2012 à 14:47

TennisNadal s'impose à Rome en battant Djokovic

L'Espagnol a remporté le Masters 1000 de Rome face au numéro un mondial en deux sets 7-5 6-3.

AFP

Rafael Nadal a frappé fort à une semaine du début de Roland Garros. L’Espagnol a enlevé le Masters 1000 de Rome en battant 7-5 6-3 Novak Djokovic, lors d’une finale qui avait été reportée à lundi en raison de la pluie.

Battu en finale l’an dernier par le Serbe, Nadal a pris sa revanche et retrouvé sa couronne dans la ville éternelle, où il en est désormais à six titres (record). Il semble aussi avoir repris un petit ascendant sur le no 1 mondial. Après avoir concédé sept défaites d’affilée contre le joueur de Belgrade, le Majorquin s’est refait une santé ce printemps sur «sa» terre battue, s’imposant en finale à Monte-Carlo et à Rome.

«J’ai essayé d’avancer, jouer contre Novak est toujours difficile, par exemple à Monte Carlo j’ai joué à peu près pareil, mais mon service était moins bon qu'aujourd’hui. Si vous servez mal contre lui, vous êtes en danger, son retour est très long et il vous pousse vers le fond du court. L’an dernier contre lui, j’essayais, mais mes coups n’arrivaient pas de la même façon. Je suis content de la façon dont j’ai joué, c’est formidable d’avoir gagné ici contre trois joueurs fantastiques, Tomas (Berdych), David (Ferrer) et Novak (Djokovic) sans avoir perdu un seul set. Je me sens en forme, mais pour moi le plus important n’est pas de gagner contre ces joueurs mais de gagner un titre, un des plus importants de l’année pour moi. La victoire est toujours importante, elle apporte de la confiance, pas seulement pour moi, c’est pareil pour tout le monde. La victoire aide, mais si j’ai confiance c’est surtout parce que je joue bien, agressif.»

Non content d’avoir dominé Djokovic, Nadal a également fait une bonne affaire vis-à-vis de Roger Federer. Il a ainsi repris la place de no 2 mondial au Bâlois, qui lui était passé devant la semaine dernière. Ce gain d’un rang n’est pas anodin: en tant que tête de série no 2 à Roland Garros, Nadal est assuré de ne pas retrouver Djokovic avant la finale à la Porte d’Auteuil.

En triomphant au Foro Italico, le Majorquin est également redevenu l’unique recordman des titres en Masters 1000 avec 21 trophées, contre 20 pour Federer. Sur la terre battue romaine, Nadal s’est montré une énième fois exceptionnel en défense. Sa couverture de terrain a fini par faire le désespoir de Djokovic, auteur d’un nombre inhabituel de fautes directes (41). Symbole de la résignation du no 1 mondial, il cédait après 2h20 de match en commettant une double faute sur la première balle de match de l’Espagnol.

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!