Humeur: Nantermod, le confinement et le taille-crayon

Actualisé

HumeurNantermod, le confinement et le taille-crayon

Le vice-président du PLR se fait brocarder sur les réseaux sociaux pour avoir déclaré qu'il avait dû acheter un taille crayon «sous le manteau» à cause des mesures de confinement.

Le vice-président du PLR Suisse, en mal d'un taille-crayon, milite pour une réouverture rapide des commerces dans le respect des règles édictées par l'OFSP.

Le vice-président du PLR Suisse, en mal d'un taille-crayon, milite pour une réouverture rapide des commerces dans le respect des règles édictées par l'OFSP.

Gaetan Bally, Keystone

Dans la dernière édition du «Matin Dimanche», le vice-président du PLR, Philippe Nantermod (PLS/VS), s'est fait le partisan d'une réouverture rapide des commerces et d'un déconfinement de l'économie. Pour illustrer son incompréhension face à la situation actuelle, il a déclaré: «J'ai dû acheter un taille-crayon sous le manteau parce que le rayon était interdit d'accès dans le magasin. Ca frise le ridicule.»

Pas d'alternative?

Ainsi, on apprend que le Valaisan utilise encore des crayons. Pour une raison qu'on ignore, il a soit égaré son taille-crayon, soit on le lui a volé, soit il s'est cassé. Et c'est pas de chance dans une telle période que d'avoir la mine ronde. Cela dit, on s'étonne qu'il n'ait pas trouvé une solution alternative. Dans la région de Morgins, d'où il vient, on sait encore tailler son crayon avec un couteau de cuisine, un légumier bien aiguisé, voire un couteau suisse. Certes, la pointe est moins régulière, mais le graphite devient tout aussi efficace.

Offre spontanée

Sur les réseaux sociaux, on ne lui reproche pas ce manque de débrouillardise, mais plutôt la futilité de sa frustration, au moment où d'autres sont confrontés à de graves problèmes de santé ou, dans l'économie, à de graves problèmes de liquidités. «J'ai quelques taille-crayons en réserve, ironise untel, que j'offre volontiers... Si ça peut sauver des vies au passage en évitant des contaminations inutiles...» Un autre lui signale que dans un supermarché bien connu, ils sont en vente libre, preuve à l'appui.

Quid des règles du confinement?

Alors ce taille-crayon acheté sous le manteau? Une anecdote sortie comme un lapin d'un chapeau? Ou la vérité vraie? Dans le second cas, le vice-président du PLR Suisse aurait enfreint les règles du confinement, tout comme le vendeur. Les deux, qui n'ont peut-être pas respecté la distance lors de ce marchandage illégal dans une arrière-boutique, devraient être mis à l'amende pour l'exemple! Quand on frise l'absurde, on finit parfois par le dépasser.

Eric Felley

Ton opinion