Tennis - Naomi Osaka promet de zapper les médias à Roland-Garros
Publié

TennisNaomi Osaka promet de zapper les médias à Roland-Garros

Afin de préserver sa santé mentale, la Japonaise a choisi de ne pas «affronter» les journalistes à la Porte d’Auteuil. Quitte à devoir en payer le prix…

par
Sport-Center
À Paris, Naomi Osaka n’entend pas assurer le service après-match…

À Paris, Naomi Osaka n’entend pas assurer le service après-match…

AFP

Double championne de l’US Open et de l’Open d’Australie, Naomi Osaka n’a jamais vraiment brillé à Roland-Garros, ne dépassant jamais le stade des 16es de finale sur la terre ocre de la Porte d’Auteuil.

Mais à quelques jours du grand rendez-vous parisien, la Japonaise a lâché une petite bombe sur les réseaux sociaux en dévoilant son intention de ne pas s’exprimer face aux médias, ce qui est contraire au règlement en vigueur.

«Je ne vais pas me présenter face à des personnes qui veulent insinuer le doute en moi»

Naomi Osaka, No 2 mondiale, justifiant son choix de zapper les conférences de presse

Afin de justifier sa dérobade et son art maîtrisé du contre-pied, Osaka a mis en avant sa santé mentale, lassée d’être toujours soumise aux mêmes questions. «Jai toujours senti que les gens ne prennent pas en compte la santé mentale des sportifs et je le sens dautant plus dans les conférences de presse auxquelles je prends part ou jassiste. On nous y pose des questions quon a déjà entendues à de nombreuses reprises ou des questions qui nous mettent dans le doute et je ne vais pas me présenter face à des personnes qui veulent insinuer le doute en moi», a ainsi expliqué la numéro deux mondiale.

Si la Japonaise entend snober les médias durant son séjour parisien, c’est, dit-elle, pour se préserver des questions trop intrusives des journalistes. «Jai vu beaucoup dathlètes craquer devant la presse. Et je pense que ces situations reviennent à enfoncer quelquun alors quil est déjà à terre».

La joueuse assure que sa décision n’a rien de personnel vis-à-vis des organisateurs de Roland-Garros. Naomi Osaka se dit même prête à passer à la caisse afin de payer les amendes que son comportement va immanquablement provoquer. «Mais, devait-elle préciser, si lorganisation pense quelle peut continuer à dire ‘passe devant la presse ou tu auras une amende, et continue dignorer la santé mentale des sportifs, alors je naurai plus quà rire. Jespère que la somme considérable damendes que je devrai payer ira à des associations qui œuvrent sur la santé mentale.»

Chaque absence de la joueuse devant les micros pourrait lui coûter jusqu’à 20’000 euros d’amende…

Votre opinion