Actualisé 17.10.2020 à 20:18

FootballIbrahimovic réduit l’Inter au silence

Porté par son attaquant suédois, le Milan AC a remporté le derby pour prendre la tête de la Serie A (2-1). Naples cartonne contre l’Atalanta.

par
Sport-Center
Zlatan Ibrahimovic fait signe aux rares supporters interistes de se taire après son doublé à San Sira, Oct. 17, 2020. (Spada/LaPresse via AP)

Zlatan Ibrahimovic fait signe aux rares supporters interistes de se taire après son doublé à San Sira, Oct. 17, 2020. (Spada/LaPresse via AP)

KEYSTONE

L’AC Milan, porté par un Zlatan Ibrahimovic affamé après sa quarantaine pour cause de Covid-19, a poursuivi son sans-faute en remportant samedi un superbe derby face à l’Inter (2-1), une première depuis janvier 2016 en Serie A.

Deux buts en début de match de la star suédoise – son second doublé en deux matches joués en championnat – ont offert aux Rossoneri leur quatrième victoire en quatre matches. L’AC Milan est désormais seul en tête après la défaite plus tôt dans la journée de l’Atalanta Bergame à Naples (4-1).

Cette première défaite de la saison marque un coup d’arrêt pour l’Inter d’Antonio Conte, handicapé par de nombreuses absences (six joueurs testés positifs au Covid-19 et Sensi suspendu).

Zlatan Ibrahimovic, de retour après avoir manqué les deux derniers matches pour cause de Covid-19, avait faim et il lui a fallu moins de vingt minutes pour poser son empreinte sur le match: il obtenait un penalty transformé en deux temps (13e) avant de profiter d’un marquage lâche de l’arrière-garde nerrazzura pour conclure un centre de Leao (16e).

Il faisait signe aux quelques centaines de tifosi intéristes de se taire. Mais ils n’allaient pas tarder à retrouver de l’espoir et de la voix quand Romelu Lukaku réduisait le score sur un centre de Perisic (29e).

L’Inter aura les occasions pour revenir, par Martinez (31e), Barella (32e) puis Lukaku (45e, 90+3e), mais Donnarumma tenait le choc. Dans une seconde période avec moins d’occasions et plus de cartons jaunes, les Intéristes pensaient avoir obtenu un penalty sur une sortie mal contrôlée du gardien milanais sur Lukaku, mais finalement refusé après intervention du VAR.

Et l’AC Milan, qui en février dernier avait perdu le dernier derby après avoir mené 2-0, conservait jusqu’au bout cette victoire. Un succès pas comme les autres pour Stefano Pioli et sa jeune génération des Kessié, Théo Hernandez, Bennacer et Leao, irrésistibles depuis la reprise des compétitions en juin (20 matches sans défaite, toutes compétitions confondues).

Un peu plus tôt dans l’après-midi, Naples avait repris contact avec le terrain par une démonstration de puissance offensive face à une Atalanta Bergame dépassée (4-1), samedi lors de la 4e journée de Serie A.

Un doublé du Mexicain Hirving Lozano et des buts de Matteo Politano et Victor Osimhen – le premier en Serie A pour le Nigérian arrivé cet été de Lille – ont scellé le sort du match lors de quarante-cinq premières minutes à sens unique.

L’attaquant slovène de la «Dea» Josip Ilicic a sombré avec toute son équipe pour sa première apparition sur les terrains après trois mois d’absence, à la suite de problèmes personnels et psychologiques.

Le but de son coéquipier Sam Lammers en fin de match ne suffira pas à rassurer l’entraîneur bergamasque Gian Piero Gasperini à quatre jours du coup d’envoi de la Ligue des champions, chez les Danois de Midtjylland.

Naples enchaîne par une troisième victoire en trois matches joués sur le terrain, avec l’impressionnant total de douze buts marqués pour un seul encaissé. Une sacrée réaction d’orgueil après la défaite sur tapis vert (3-0), accompagnée d’un point de pénalité, pour ne pas s’être rendu à Turin le 4 octobre pour le choc contre la Juventus, en raison de deux cas de Covid-19 dans l’effectif. L’affaire n’est toutefois pas close car le Napoli a fait appel.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé