Football – Naples reste invaincu en Serie A, l’AC Milan s’accroche
Actualisé

FootballNaples reste invaincu en Serie A, l’AC Milan s’accroche

Les Napolitains ont battu la Fiorentina dimanche pour leur septième victoire en autant de rencontres. Les Milanais, deuxièmes, ont gagné contre l’Atalanta.

Les joueurs de Naples célèbrent leur victoire avec les fans qui avaient fait le déplacement.

Les joueurs de Naples célèbrent leur victoire avec les fans qui avaient fait le déplacement.

AFP

Sept victoires en sept matches: Naples a poursuivi dimanche son sans-faute en Serie A en s’imposant chez la Fiorentina (2-1) et conserve la tête devant l’AC Milan, vainqueur à Bergame en soirée, et l’Inter, gagnant samedi à Sassuolo.

L’équipe de Luciano Spalletti, arrivé cet été au pied du Vésuve, a été bousculée par la Viola, qui a ouvert la marque sur une belle volée de Lucas Martinez Quarta (28e).

Mais le buteur florentin a ensuite offert un penalty au leader en commettant une faute sur Victor Osimhen, parti vers le but: le gardien Bartlomiej Dragowski a sorti le grand jeu devant Lorenzo Insigne, mais il n’a rien pu faire sur la reprise de Hirving Lozano, le plus rapide pour rattraper le raté de son capitaine (38e).

Et dès la reprise, le gardien polonais a de nouveau dû s’incliner sur une tête d’Amir Rrahmani (50e), synonyme de septième victoire pour le Napoli malgré une poussée finale de la Viola, mal récompensée de ses efforts.

Milan s’est fait peur

L’AC Milan a dominé l’Atalanta (3-2) au terme d’un duel disputé à haute intensité de la première à la dernière seconde, dimanche en clôture de la 7e journée. Les Rossoneri ont démarré fort avec un but de Davide Calabria au bout de seulement 30 secondes, parfaitement lancé par Theo Hernandez.

L’Espoir italien Sandro Tonali, devenu un pilier du milieu rossonero en ce début de saison, a doublé la mise après avoir chipé le ballon dans les pieds de Remo Freuler (43e). Puis le Portugais Rafael Leao a inscrit son troisième but en Serie A après un nouveau déboulé de Hernandez (78e).

Mais alors qu’on pensait le match plié à 3-0, la défense milanaise a dû s’incliner dans les derniers instants à deux reprises, sur un penalty de Duvan Zapata (86e) puis sur un but de près de Mario Pasalic (94e).

Trop tard malgré tout pour la «Dea», qui a perdu en début de match sur blessure le milieu italien Matteo Pessina après avoir déjà dû se passer du précieux Robin Gosens, touché à une cuisse cette semaine en Ligue des champions.

Malgré ses propres absences pesantes, celles de Zlatan Ibrahimovic, le jour de ses 40 ans, et d’Olivier Giroud, encore blessés, Milan ne faiblit pas, deuxième à deux points de Naples, avec deux longueurs d’avance sur l’Inter (3e).

La Roma assure

La Roma, de son côté, a assuré contre Empoli (2-0). Le capitaine Lorenzo Pellegrini a célébré de la plus belle des façons son renouvellement jusqu’en 2026 avec les Giallorossi, officialisé samedi, en ouvrant la marque (42e). Henrikh Mkhitaryan a doublé la mise à la reprise, en embuscade pour reprendre un tir de Tammy Abraham renvoyé par la barre (48e).

La Roma (4e), qui repart ainsi de l’avant après son revers dans le derby contre la Lazio (2-3) il y a une semaine, prend ainsi trois longueurs d’avance sur la Fiorentina (5e), à six points du leader Naples.

La Lazio craque

La Lazio, une semaine après sa belle victoire dans le derby contre la Roma (3-2), a craqué à Bologne (3-0), dimanche après-midi, et continue d’avancer au ralenti avec cinq points pris lors des cinq derniers matches.

Avec trois buts marqués en trois tirs cadrés, l’entraîneur bolonais (et ex-défenseur de la Lazio) Sinisa Mihajlovic, sous pression après une série de contre-performances, a donné une leçon d’efficacité au coach laziale Maurizio Sarri.

L’ailier gambien Musa Barrow, 22 ans, a ouvert la marque d’une frappe enroulée (14e) peu avant que le défenseur belge Arthur Theate, 21 ans, oublié au second poteau, ne double le score de la tête sur un corner de Barrow (17e).

En seconde période, c’est un buteur plus jeune encore, l’Écossais Aaron Hickey, 19 ans, encore servi par Barrow, qui a plié le match d’une frappe puissante que n’a pas réussi à stopper le vétéran espagnol Pepe Reina, 39 ans (68e).

(AFP)

Votre opinion