Hockey sur glace: National League, on n'a pas aimé

Publié

Hockey sur glaceNational League, on n'a pas aimé

Après celle des bons points, voici la distribution des mauvais points avant la première pause du championnat dédiée aux équipes nationales.

par
Grégory Beaud
Christian Marti n'est pas là pour sa finesse.

Christian Marti n'est pas là pour sa finesse.

Keystone

Jeudi, nous avons distribué les accolades (ici). A quelques encablures de la pause de l'équipe nationale, l'heure est aux couacs de ce début de saison.

----------

ON N'A PAS AIME

L'absence de technologie

Oui, il s'agit exactement du même intitulé que dans la catégorie «On a aimé». Explications: si les caméras au-dessus des buts s(er)ont une avancée significative, qu'en est-il de la règle du hors-jeu? Le cas de mardi à Rapperswil est le plus symptomatique. Rembobinons. Les Saint-Gallois mènent 1-0 contre Lausanne. Sur l'égalisation du Lausanne HC, Christoph Bertschy est très probablement hors-jeu au moment de l'entrée de zone (voir l'image ci-dessous). Rapperswil demande donc un coach challenge pour visionner la vidéo. Résultat? Comme la caméra est placée au sommet de la tribune, elle n'a pas filmé le patin de Bertschy.

On peut très clairement déduire que le Lausannois est hors-jeu. Problème? Pour invalider une décision, les arbitres doivent avoir une image concluante. Ce n'est pas le cas. Conséquences: Lausanne voit son but être validé, tandis que Rapperswil a écopé de deux minutes de punition pour avoir demandé ce coach challenge infructueux. Sur le power-play, les Vaudois ont inscrit le 1-2. On est donc passé de 1-0 à 1-2 à cause de la piètre qualité des images.

Il serait temps de franchir un pas supplémentaire et de systématiser les caméras sur les lignes bleues. Les clubs - car ce sont eux qui décident - ont tout intérêt à investir dans ce sens. Et vite.

Cody Almond

C'est à n'y rien comprendre. Cody Almond a toujours joué au centre à GE Servette. Depuis son arrivée à Lausanne, le Canado-Suisse avait été reconverti (avec succès) à l'aile. Après sept matches, il totalisait même huit points et portait le maillot distinctif de top-scorer. C'est à cet instant que Cory Emmerton s'est blessé, forçant Almond à reprendre sa place naturelle. En neuf matches, l'ancien Aigle n'a ajouté qu'une passe décisive à son total tout en transpirant une certaine nonchalance (les fans de GE Servette voient de quoi on parle...). Les Vaudois ont suffisamment de talent en attaque pour compenser les périodes durant lesquelles Cody Almond est sur courant alternatif. Annoncé (à raison) comme un gros renfort, il ne l'a plus été depuis un certain nombre de matches.

Christian Marti

Le rugueux défenseur des Zurich Lions n'est pas là pour sa finesse. C'est un fait. Mais son palmarès en ce début de saison est particulièrement gratiné. Une charge (impunie) sur Jerome Bachofner suivie, quelques jours plus tard par une autre charge (impunie) contre Joel Vermin. Il faut laisser à Christian Marti qu'il est particulièrement doué au moment de passer entre les gouttes. S'il pouvait éviter de mettre en danger tous ses adversaires à longueur de match, ce ne serait pas un luxe.

Le «cas» Douay

Le grand attaquant de GE Servette a chargé Mike Künzle en début de saison. Une action qui a valu une enquête contre lui. Dans son délibéré, le juge unique a révélé un détail intéressant: un échange de messages entre le coupable et sa victime au cours duquel le joueur de Bienne écrit ne pas avoir été touché à la tête. Cette «pièce à conviction» a été retenue au moment du verdict quand bien même Mike Künzle n'était pas au courant de la divulgation de ses messages. Le procédé a servi la justice. Mais la moindre des choses aurait été d'informer le Seelandais, non?

Ambri - FR Gottéron

Une purge sans nom. Rien que d'y repenser, ça fait froid dans le dos. N'en parlons plus et tentons d'oublier cette soirée qui a été synonyme de dernier coup sur la tête de Mark French. L'entraîneur de FR Gottéron a perdu son job ce soir-là à la Valascia.

Ton opinion