26.05.2017 à 09:19

Corée du SudNaufrage du Sewol: «Ne meurs pas. Reste en vie»

Des messages poignants laissés à l'une des victimes du naufrage du ferry ont été révélés vendredi après la récupération de son téléphone.

1 / 45
Des messages poignants laissés à l'une des victimes du naufrage du ferry sud-coréen Sewol par ses proches ont été révélés vendredi par les autorités après la récupération de son téléphone mobile dans l'épave. (Vendredi 26 mai 2017)

Des messages poignants laissés à l'une des victimes du naufrage du ferry sud-coréen Sewol par ses proches ont été révélés vendredi par les autorités après la récupération de son téléphone mobile dans l'épave. (Vendredi 26 mai 2017)

AFP
Plus de 300 personnes, essentiellement des lycéens, avaient péri lors du naufrage le 16 avril 2014. Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage. (Samedi 16 avril 2016).

Plus de 300 personnes, essentiellement des lycéens, avaient péri lors du naufrage le 16 avril 2014. Les familles se sont rassemblées deux ans après le drame pour une cérémonie d'hommage. (Samedi 16 avril 2016).

Keystone
La justice a alourdi en appel  la condamnation du capitaine du ferry Sewol. Il écope de la perpétuité. (Mardi 28 avril 2015)

La justice a alourdi en appel la condamnation du capitaine du ferry Sewol. Il écope de la perpétuité. (Mardi 28 avril 2015)

Keystone

Le navire avait mis des heures pour sombrer le 16 avril 2014 au large de l'île de Jindo (sud-ouest). La majorité des 304 victimes étaient des lycéens en voyage scolaire. Pendant les longues heures d'angoisse, les passagers ont échangé frénétiquement des messages avec leurs amis et leurs proches, a expliqué dans un communiqué la commission d'enquête sur le désastre.

«S'il te plaît, reste en contact», demande un proche sur un des téléphones récupérés dans l'épave qui avait été renflouée en mars, puis remorquée à terre. «Les gardes-côtes viennent d'envoyer un patrouilleur. Ne meurs pas. Reste en vie». «Tu as été secouru par l'hélicoptère?», demande un autre message.

Plus de 80 téléphones récupérés

Le dernier message sur ce téléphone demandait à son propriétaire s'il était sain et sauf et le priait «d'utiliser le téléphone de quelqu'un d'autre et de m'appeler» en cas de panne. L'usager du téléphone l'a consulté pour la dernière fois à 9h29 le 16 avril 2014. Il a cessé de fonctionner 32 minutes plus tard. Au total, 83 téléphones mobiles ont été retrouvés dans l'épave.

Le navire avait été renfloué essentiellement pour tenter de retrouver les restes de neuf victimes disparues. Des tests ADN sur des restes retrouvés dans l'épave ou au fond de l'océan, sur le site du naufrage, ont permis depuis d'identifier trois d'entre elles. Quinze des appareils retrouvés ont été transmis à des spécialistes de l'exploitation des téléphones portables, qui ont réussi pour l'instant à extraire les données de deux d'entre eux.

Le drame, principalement causé par des erreurs humaines - un espace de chargement illégalement redessiné et en surcharge, un équipage inexpérimenté et des relations troubles entre l'opérateur et les autorités de régulation -, avait choqué le pays.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!