Bangladesh: Naufrage meurtrier de réfugiés rohingyas
Publié

BangladeshNaufrage meurtrier de réfugiés rohingyas

Au moins 12 Rohingyas sont morts et des dizaines d'autres sont portés disparus après le naufrage de leur bateau fuyant la Birmanie.

1 / 121
L'ONU est inquiète des conséquences possibles de l'arrivée des pluies au Bangladesh et en Birmanie au milieu de la pandémie liée au Covid-19. (Mardi 21 avril 2020)

L'ONU est inquiète des conséquences possibles de l'arrivée des pluies au Bangladesh et en Birmanie au milieu de la pandémie liée au Covid-19. (Mardi 21 avril 2020)

AFP
Les gardes-côtes du Bangladesh ont annoncé avoir secouru dans les eaux territoriales du pays au moins 382 réfugiés rohingyas «affamés» après presque deux mois en mer. (15 avril 2020 - Image d'archive)

Les gardes-côtes du Bangladesh ont annoncé avoir secouru dans les eaux territoriales du pays au moins 382 réfugiés rohingyas «affamés» après presque deux mois en mer. (15 avril 2020 - Image d'archive)

AFP
Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

AFP

Un bateau transportant des réfugiés rohingyas partis de Birmanie a chaviré dimanche alors qu'il se rendait au Bangladesh. L'accident a fait au moins douze morts, principalement des enfants, ont annoncé les autorités locales.

L'embarcation a coulé près de Shah Porir Dwip, à la pointe sud du Bangladesh. «Il y avait près de cent personnes à bord», a déclaré un responsable des gardes-côtes. Jusqu'à 35 personnes se trouvaient à bord et 13 ont été secourues, ont précisé les autorités.

Selon les autorités bangladaises, des passagers auraient pu réussir à regagner la côte côté birman, le naufrage s'étant produit non loin de la côte birmane. L'ONU juge que l'armée birmane et les milices bouddhistes se livrent à une épuration ethnique contre la minorité musulmane.

Villages incendiés

Accusée d'incendier des villages pour inciter les Rohingyas au départ, l'armée birmane a mis en cause vendredi les rebelles rohingyas eux-mêmes. Les autorités birmanes interdisent l'accès à la zone de conflit.

Après quelques jours d'accalmie, l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh a repris, principalement en raison du manque de nourriture dans l'ouest de la Birmanie, où la souffrance est «inimaginable», affirme l'ONU.

Les naufrages de bateaux transportant des réfugiés Rohingya, des musulmans à qui la Birmanie, pays bouddhiste, refuse d'accorder la nationalité birmane, sont fréquents. Le 28 septembre, un navire transportant environ 80 réfugiés a sombré, faisant 23 morts. Dix-sept personnes ont survécu et les autres ont été portées disparues.

Le 6 septembre, 46 corps (19 enfants, 18 femmes et neuf hommes) ont été récupérés après un naufrage dans l'étroit bras de mer qui sépare la Birmanie du Bangladesh. Selon les derniers chiffres de l'ONU, quelque 515'000 réfugiés ont fui la Birmanie vers le Bangladesh depuis le 25 août. Environ 2000 réfugiés continuent d'arriver chaque jour, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

(AFP)

Votre opinion