Publié

BasketballNBA: maintenant, place aux choses sérieuses

La course à la succession des Bucks de Milwaukee débute samedi en début de soirée. Retour sur les affiches qui vont animer le premier tour des play-off.

Jayson Tatum contre Kevin Durant, un match dans le match, entre les Celtics et les Nets.

Jayson Tatum contre Kevin Durant, un match dans le match, entre les Celtics et les Nets.

Getty Images via AFP

Boston-Brooklyn avec un duel Jayson Tatum-Kevin Durant, Milwaukee-Chicago et l’opposition Giannis Antetokounmpo-DeMar DeRozan, Philadelphie-Toronto et le choc entre Camerounais Joel Embiid-Pascal Siakam, Golden State-Denver animé par la confrontation Stephen Curry-Nikola Jokic, constituent les plus alléchantes affiches du 1er tour des play-off NBA.

Conférence Est: Miami – Atlanta

Finaliste quelque peu inattendu en 2020, le Heat ne s’est pas caché cette fois, démontrant une force collective impressionnante pour finir en tête, malgré les absences récurrentes de ses meilleurs joueurs (Jimmy Butler, Bam Adebayo, Kyle Lowry, Tyler Herro...).

Combatifs en diable, les Floridiens connaissent la formule pour aller loin. Et Atlanta, dont beaucoup voire trop de choses dépendent du seul Trae Young, ne semble pouvoir les contrarier.

Boston – Brooklyn

En arrachant la 2e place, les Boston Celtics s’exposaient à un barrage piège. Car les Nets, longtemps décimés et décevants, vont bien mieux, Kevin Durant et Kyrie Irving, capables de gagner les matches à eux seuls, étant enfin pleinement opérationnels.

Mais Boston a du répondant avec Jayson Tatum et Jaylen Brown, pour beaucoup dans le parcours renversant de l’équipe remontée de la 9e place à Noël.

La capacité à bien défendre sur la durée sera cruciale et, sur ce plan, les Celtics semblent mieux armés. Ils ont aussi un collectif plus équilibré et complet, moins dépendant de leurs deux meilleurs artilleurs que Brooklyn des siens.

Milwaukee – Chicago

Porté par son MVP 2019 et 2020, Giannis Antetokounmpo, encore impérial (29,9 pts, 11,6 rbds, 5,8 passes de moyenne), le champion en titre part favori face à des Chicago Bulls renaissants, renforcés par DeMar DeRozan, Alex Caruso et Lonzo Ball, mais qui n’ont pas su tenir leurs promesses après une excellente entame du championnat.

La confiance et les automatismes d’un effectif stabilisé, avec Khris Middleton, Jrue Holiday et Brook Lopez, remis d’une blessure au dos, ainsi que l’expérience des joutes printanières plaident en faveur de Milwaukee.

Philadelphie – Toronto

Attention, série piège pour Philadelphie. Guidés par Joel Embiid, auteur de sa meilleure saison (meilleur scoreur avec 30,6 pts, 11,7 rbds par match) et renforcés par James Harden, même s’il n’a pas encore donné la pleine mesure de son talent, les Sixers ont l’avantage sur le papier.

Mais en face, Toronto a fini la saison en trombe et son abnégation défensive, socle du titre glané en 2019, n’est plus à démontrer, à l’image de Pascal Siakam qui donnera du fil à retordre à Embiid.

Conférence Ouest: Phoenix – La Nouvelle-Orléans

Meilleure équipe de la saison régulière (64-18, nouveau record de franchise), Phoenix fait figure de favori pour revenir en finale. Battue l’an passé par Milwaukee, l’équipe de Monty Williams s’est encore améliorée dans le sillage de Devin Booker et Chris Paul, n’affichant aucun point faible.

On ne voit pas trop comment La Nouvelle-Orléans, certes pourvue de CJ McCollum et Brandon Ingram, pourrait inquiéter les Suns sur une série.

Memphis – Minnesota

Dauhpin surprise des Suns, Memphis va devoir désormais assumer son statut et Ja Morant celui de nouvelle star, roi du Top 10 avec ses dunks sur trampoline. Les Grizzlies ne sont toutefois pas dépendants de lui car ils ont remporté 16 des 18 matches qu’il a manqués pour soigner un genou.

La clé sera l’expérience et leur capacité à gérer la pression. Face à Minnesota, en play-offs pour la 2e fois en 18 ans, le premier paramètre sera en leur faveur. Le second reste une inconnue car les Wolves ne manquent pas de talent, avec Karl-Anthony Towns et Anthony Edwards, ni de grinta avec Patrick Beverley.

Golden State – Denver

La résurrection des «splash brothers» – Stephen Curry, sacré meilleur marqueur à trois points de l’histoire, et Klay Thompson, performant après deux ans et demi de graves blessures – bien entourés par l’âme de l’équipe, Draymond Green, et des jeunes talentueux, peut acter le retour au premier plan de Golden State.

Un premier test de taille attend les Californiens face au MVP en titre Nikola Jokic, toujours au sommet de son art (27,1 pts, 13,8 rbds, 7,9 passes de moyenne), mais un peu seul offensivement, en l’absence de Jamal Murray.

Dallas – Utah

Luka Doncic sera-t-il rétabli ? La question inquiète les fans texans car le prodige slovène soigne une élongation à un mollet. Sans lui, les chances de Dallas d’avancer seront minces.

A Utah d’éventuellement en profiter, pour enfin passer un cap. Cette campagne semble être une ultime chance donnée à Rudy Gobert et Donovan Mitchell de prouver qu’ils peuvent être à la hauteur de leurs ambitions.

(AFP)

Votre opinion