Football: NE Xamax: un pari pour un avenir meilleur
Publié

FootballNE Xamax: un pari pour un avenir meilleur

Le renouveau neuchâtelois met du temps à se mettre en place. Propriétaire du club, Jean-François Collet assure que les opérations sont sous contrôle.

par
Florian Vaney
Musa Araz (assis) et Raphaël Nuzzolo (à gauche) font partie des rares joueurs à être restés Xamaxiens après la relégation de la saison dernière.

Musa Araz (assis) et Raphaël Nuzzolo (à gauche) font partie des rares joueurs à être restés Xamaxiens après la relégation de la saison dernière.

Keystone

Drôle de scène à quelques minutes du coup d'envoi de Xamax-Kriens, dimanche en Coupe de Suisse. Tandis que les Lucernois vivent un échauffement tout ce qu'il y a de plus classique du côté sud de la pelouse, les Neuchâtelois, eux, se préparent... à treize. La division habituelle veut que les dix titulaires soient séparés des six remplaçants, sauf que Xamax ne possède pas ce luxe-là. «On a dû aller chercher deux M21 à la dernière minute pour faire le nombre», grimaçait Stéphane Henchoz.

Résultat, les Rouge et Noir n'ont enregistré que treize joueurs de champ sur leur feuille de match. Treize joueurs qui se sont donc tous échauffés ensemble. Tant mieux, sans doute, sachant que le premier remplaçant était appelé à la 39e minute déjà, pour palier la grave blessure d'Alexandre Pasche.

«On a choisi de se mettre dans cette situation, aussi désagréable soit-elle»

Jean-François Collet, propriétaire de NE Xamax

Le dernier coup dur en date d'un été passé loin de la quiétude qui a bercé la plupart des autres clubs de Super et de Challenge League. Un passage quasi inévitable pour le pensionnaire de la Maladière, dont le nombre de joueurs sous contrat au terme de la saison dernière s'élevait à... six.

Problématique, surtout pour un club qui vient de culbuter en deuxième division. «À partir de là, notre préparation est forcément devenue laborieuse. Mais quelque part, c’était volontaire. On a choisi de se mettre dans cette situation, aussi désagréable soit-elle», explique Jean-François Collet, propriétaire du club.

Une vision à long terme, enfin

Autrement dit, NE Xamax s'est retrouvé face à un choix capital au début du mois d'août, duquel dépendait directement son avenir: engager au plus vite pour pouvoir vivre une préparation «normale» et être en mesure de présenter une équipe qui tienne la route quantitativement parlant à la reprise, ou prendre son temps, accepter de prétériter son début de championnat, mais enrôler des éléments d'une valeur supérieure à ceux qui auraient pu être signés dans la précipitation. On a assez reproché ces derniers mois à Xamax sa vision à court terme pour se réjouir que le club ait opté pour la seconde option.

On a fait des contrats pour des gamins en qui l’on croit. On veut pouvoir les aligner»

Jean-François Collet, propriétaire de NE Xamax

Ainsi, tout a pris (et prend encore), un temps fou à se mettre en place. «Il y a trois choses, précise Jeff Collet. D'abord, les joueurs dont le coach ne voulait plus. André Neitzke, par exemple, était prêt à continuer chez nous. Il aurait pu être là dimanche en Coupe, ou samedi prochain en championnat, mais il n'entrait plus dans les plans de Stéphane. Puisqu'il convient de donner une nouvelle direction à notre équipe et qu'on souhaite la rajeunir, on l'a totalement suivi sur cette voie.»

Stéphane Henchoz agacé

Ensuite, les éléments en fin de contrat qui espéraient poursuivre l'aventure ailleurs en Super League. «Leurs velléités sont respectables. À leur place, j'aurais fait pareil. Certains ont trouvé ou trouveront, d'autres reviendront.» Quoi qu'il en soit, leur absence, temporaire ou non, a participé à rendre les dernières semaines xamaxiennes particulièrement instables. «Et je comprends bien que ce soit frustrant pour notre entraîneur de devoir gérer un groupe dans cet état.» Une frustration que Stéphane Henchoz peinait, ou n'a pas cherché, à cacher à la sortie de la défaite de dimanche, s’agaçant de la difficulté à manager un groupe dans ces conditions.

S'ajoute enfin le cas des ex-Lausannois, Maxime Dominguez et Adam Ouattara, qui ont mis du temps à trouver un accord avec le LS pour s'engager en rouge et noir. «Je suis très content de pouvoir compter sur eux. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié la prestation de Ouattara dimanche. Mais encore une fois, il faut se rendre compte qu'ils nous ont rejoint tardivement.» Et qu'au sein d'un contingent plus que réduit, encore miné par les blessures de Musa Araz, Dylan Dugourd et Freddy Mveng (tous trois devraient effectués leur retour très prochainement), ils portent une grosse responsabilité.

Pour le dire poliment, NE Xamax avait ainsi plus ou moins accepté son sort avant même de disputer son seizième de finale de Coupe de Suisse. Priorité au championnat, dont les débuts risquent toutefois d'être également des plus délicats. Parce qu'en réclamant cinq à six renforts dans les prochains jours, Stéphane Henchoz ne s'y trompe: le destin de ce Xamax-là ne peut pas être celui d'un cador de Challenge League. La qualité, la quantité, les repères, beaucoup trop de choses lui font encore défaut.

Michael Kempter, ex-Zurich, a signé

S'il faut attendre une réaction de la direction? «Oui, assure Jean-François Collet. Trois nouveaux joueurs devraient être annoncés ce lundi déjà.» Parmi eux, l'ancien joueur de couloir gauche zurichois Michael Kempter, libéré par le FCZ en fin de saison dernière. Un milieu de terrain et un ailier sont également attendus à la Maladière dans la journée. Une première réponse encourageante.

«L'arrivée d'un ou deux renforts supplémentaires n'est pas exclue. Maintenant, je n'ai pas envie que leur engagement se fasse au détriment de nos jeunes. On a fait des contrats pour des gamins en qui l'on croit. Je pense à Alan Rodriguez, Yoan Epitaux, Fabio Saiz. On veut pouvoir les aligner fréquemment. On a bien vu la saison dernière que, lorsqu'il y a trop de monde devant eux, les jeunes ne jouent pas.»

Le message est clair. Et tant pis pour les premières places du classement de Challenge League? «Non, je ne crois pas qu'on puisse dire ça. Dimanche, ce n'était pas ça, d'accord. Mais les choses vont se mettre en place. Jouer la promotion, ça va être dur. On ne claironne d'ailleurs pas qu'il s'agit de notre objectif. Je ne serai pas dégoûté si on n'y parvient pas. Mais je garde l'espoir de recevoir une bonne surprise à la fin du championnat.»

Samedi, Xamax se rend justement à Kriens pour une revanche. Un bon moyen de mesurer un début de progression.

Votre opinion

4 commentaires