Montreux Jazz: Neil Young, cet increvable guerrier
Publié

Montreux JazzNeil Young, cet increvable guerrier

Attendu ce soir sur la scène du Stravinski, le Canadien est dans une forme sonique étincelante.

par
Jean-Philippe Bernard
AP

«Je ne lâcherai pas», hurle le vieux sorcier chaque soir au milieu de l’orage. Un zeste de frime pour faire frétiller les nostalgiques? Non, dans le cas de celui qui nous occupe ce jour, Neil Young donc, c’est la plus stricte vérité. Cet été, le vieux sorcier électrique (70 ans) est sur les routes et, comme on disait autrefois en évoquant «Terminator»: pour charcler, ça charcle! Dans la ligne de mire ces temps-ci: Monsanto, le puissant groupe américain spécialisé dans les biotechnologies agricoles. Un groupe avide, impliqué dans divers scandales sanitaires qui retournent l’estomac des fermiers, que Neil a décidé d’assommer contre un mur de guitares sur son dernier album studio en date («The Monsanto Years»). Au lieu de prendre du repos dans son ranch, le rocker canadien pense à augmenter sa collection de scalps en chassant les nervis du néolibéralisme. Pas de quartier! Chaque nuit les mélodies incandescentes et les slogans rageurs ébranlent un peu plus le clan des nantis tout en redonnant foi et courage à celles et ceux qui marchent aux côtés du Loner (titre d’une chanson figurant sur son album solo de 1969).

Votre opinion