Entreprises: Nestlé: Berne impuissante en cas de rachat chinois
Publié

EntreprisesNestlé: Berne impuissante en cas de rachat chinois

La Suisse ne pourrait rien faire si la multinationale basée à Vevey (VD) tombait en mains chinoises, selon un spécialiste.

Le siège de Nestlé, à Vevey (VD).

Le siège de Nestlé, à Vevey (VD).

Keystone

Contrairement à ce qui se passe à l'étranger, il n'existe pas en Suisse de leviers de pouvoirs à même de bloquer un rachat d'importance. La Confédération ne pourrait pas faire obstacle à un rachat chinois de Nestlé par exemple, estime un expert.

Aux Etats-Unis, comme en Europe, l'heure semble au blocage des rachats par la Chine. «On sent pointer dans notre pays des velléités protectionnistes», observe Henry Peter, professeur à la Faculté de droit de l'Université de Genève, dans une interview publiée lundi par La Tribune de Genève et 24 Heures.

L'UDC hausse le ton

Toutefois, pour l'instant, la Suisse n'en a les moyens que dans certains secteurs stratégiques touchant à sa souveraineté, l'armement notamment. «Structurellement - mais aussi culturellement - la Suisse est beaucoup moins apte à intervenir», note l'ancien membre de la Commission suisse des offres publiques d'acquisition.

Certains parlementaires UDC montent le ton et exigent l'introduction d'un droit de veto gouvernemental. «L'idée n'est pas nouvelle», explique Henry Peter qui explique que le Parlement avait rejeté il y a plus de 20 ans la proposition d'inscrire dans la législation la possibilité de bloquer un rachat étranger.

Autorité de contrôle

Toutefois, le professeur n'est pas sûr que le vote soit similaire aujourd'hui. Selon lui, la question de la mise en place d'une autorité de contrôle des rachats peut se poser. «Mais soyons prudents dans cette volonté de préserver les intérêts nationaux», ajoute-t-il.

Selon lui, «un réflexe trop ouvertement nationaliste viendrait s'opposer au principe de libre accès aux marchés étrangers pour les Chinois en Suisse comme pour les Suisses en Chine. Et cela moins de deux ans après la signature d'un accord de libre-échange commercial avec ce très important pays.»

(ats)

Votre opinion