Actualisé 21.10.2020 à 08:51

AlimentationNestlé: des ventes solides sur neuf mois

Le groupe basé à Vevey a inscrit des ventes en baisse de 9,4% sur un an à 61,9 milliards de francs, légèrement au-dessus des prévisions émises par les analystes.

Nestlé prévoit désormais une croissance organique autour de 3%, contre 2 à 3% jusqu’alors.

Nestlé prévoit désormais une croissance organique autour de 3%, contre 2 à 3% jusqu’alors.

Keystone

La crise pandémique et les mesures de confinement n’auront pas ébranlé la solidité du paquebot Nestlé. Le géant alimentaire affiche un chiffre d’affaires légèrement supérieur aux prévisions sur les neufs premiers mois de l’année.

Effets de change et désinvestissement ont grevé de 12,9% un chiffre d’affaires qui s’est toutefois affaissé que de 9,4% en comparaison annuelle, à 61,9 milliards de francs, selon le relevé publié mercredi. Ce sont les cessions dans sa division dermatologique, «Nestlé Skin Health», et dans le marché étasunien des glaces qui ont affecté le recul des ventes à hauteur de 5,5%.

La croissance organique au troisième trimestre a notamment accéléré à 4,9%. Sur les neuf premiers mois de l’année, elle s’établit à 3,5% avec une croissance interne réelle (RIG) à 3,3%.

Explication de cette progression

Le groupe explique cette progression notamment par la croissance du marché américain et des ventes de produits alimentaires pour animaux domestiques Purina. Au niveau de son activité principale, la forte demande en lait enrichi et en produits de pâtisserie a fait bénéficier le segment produits laitiers d’une croissance à un chiffre.

Même niveau de progression pour la branche café, portée notamment par les produits Starbucks et Nespresso et qui traduit, selon le directeur général Mark Schneider, «une accélération des affaires dans le café au troisième trimestre».

Mais c’est surtout la division santé, Nestlé Health Science, qui a permis d’inscrire les ventes à ce niveau malgré la crise, puisqu’elle a enregistré une croissance de plus de 10%. C’est le reflet d’une demande croissante pour des produits de santé et de renforcement immunitaire, avance-t-on dans le communiqué.

Peu affecté par la crise

Si la région Amérique a bénéficié d’une croissance organique relativement élevée (+5,1%), la région Europe, Moyen-Orient, Afrique du Nord (+2,9%) et surtout Asie, Océanie, Afrique subsaharienne (0,0%) sont à la traîne. Les ventes des neuf premiers mois s’inscrivent légèrement au-dessus des prévisions émises par le consensus AWP, qui tablait sur un chiffre d’affaires à 61,6 milliards de francs.

Les analystes avaient par ailleurs prédit une croissance organique trimestrielle inférieure à celle effectivement annoncée mercredi, à 2,6%. Pour l’ensemble de l’exercice, le groupe veveysan prévoit désormais une croissance organique autour de 3%, contre 2 à 3% jusqu’alors. Nestlé ajoute que sa marge d’exploitation doit «s’améliorer» et que le bénéfice par action (BPA) ainsi que le rendement des investissements vont augmenter, sans donner de précisions chiffrées.

Progression de la vente de détail

La pandémie de Covid-19 aura tout de même affecté les produits intégrés dans les chaînes «hors-de-la-maison» (out of home) comme les confiseries ou les eaux, dont les ventes ont diminué. La vente de détail a au contraire progressé sur la même période, ainsi que le commerce en ligne, qui a bondi de 47,6% pour représenter désormais 12,3% du chiffre d’affaires.

La société s’estime être «en bonne voie» au niveau de ses plans stratégiques, mettant en avant l’augmentation de son portefeuille et l’acquisition, complétée le 13 octobre dernier, de l’américain Aimmune Therapeutics.

Concernant les cessions potentielles dans sa division eau en Amérique et de sa filiale chinoise Yinlu, Nestlé a déclaré que «les évaluations stratégiques sont sur la bonne voie» et «devraient être achevées d’ici début 2021».

À 11h46, la nominative Nestlé égrenait 0,3% à 107,14 francs dans un SMI morose à 0,85%.

Optimisme

Bernstein félicite le paquebot alimentaire d’avoir déjoué les prévisions les plus optimistes grâce à une forte croissance et est particulier séduit par «une gestion de portefeuille percutante». Il inscrit ainsi sa recommandation à «outperform».

Pour Vontobel, les actions de Nestlé sont un «must-have» puisque les analystes considèrent que la multinationale ressortira victorieuse de la pandémie et de la crise qu’elle a engendrée. La banque souligne notamment l’amélioration de la croissance des ventes et donc la hausse de la profitabilité et des retours sur investissements qui peuvent être attendus. Elle maintient sa recommandation à «buy».

Les experts de Baader Helvea estiment, eux, que les résultats solides de Nestlé au troisième trimestre sont «surprenants». Ils estiment que les ajustements du portefeuille et «les mesures d’efficacité» placent le groupe sur la bonne voie. Ils maintiennent leur recommandation à «buy».

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé