Angleterre - Nestlé ferme une usine, près de 600 emplois menacés
Publié

EconomieNestlé ferme une usine en Angleterre: près de 600 emplois menacés

Le géant suisse de l’alimentation fermera une de ses usines dans le pays d’ici fin 2023, entraînant la suppression de 573 emplois.

Nestlé a annoncé mercredi la fermeture d’ici fin 2023 de son site de Fawdon, à Newcastle, dans le nord-est de l’Angleterre.

Nestlé a annoncé mercredi la fermeture d’ici fin 2023 de son site de Fawdon, à Newcastle, dans le nord-est de l’Angleterre.

AFP

Le géant suisse de l’alimentation Nestlé a annoncé mercredi la fermeture d’ici fin 2023 d’une usine en Angleterre, dont une partie de la production va être transférée en Europe et la suppression de 573 emplois dans le pays. Il s’agit du site de Fawdon à Newcastle dans le nord-est, selon le communiqué. Cette usine, ouverte en 1958, fabrique notamment les bonbons aux fruits Fruit Pastilles.

Nestlé va dans le même temps investir 29,4 millions dans ses usines à York et Halifax, situées toutes deux dans le nord de l’Angleterre. L’objectif pour le groupe est d’être plus efficace et de concentrer ses forces sur ses principales marques de confiserie. L’usine de Fawdon abrite des marques plus petites et à faible croissance, tout en nécessitant des techniques de production complexes, selon Nestlé qui emploie au total 8000 personnes au Royaume-Uni. Les sites de York, qui fabrique des Kit Kats et où la marque a été créée en 1935, et Halifax, qui reprendra une partie de la production de Fawdon, ont des spécialités plus identifiées. La branche de confiserie de Nestlé «a une stratégie ambitieuse au Royaume-Uni et ces propositions doivent garantir notre réussite de long terme dans un marché de plus en plus concurrentiel», explique Nestlé.

Plus grand producteur alimentaire

Les syndicats GMB et Unite ont précisé dans un communiqué commun que 475 emplois sont menacés à Fawdon et 98 à York en raison de la réorganisation. Ross Murdoch, responsable de GMB dénonce la «cupidité» du groupe. «Nestlé est le plus grand producteur alimentaire au monde, avec des profits astronomiques. Il peut se permettre de bien traiter ses travailleurs. Au lieu de cela, ils laissent des usines péricliter, délocalisent la production et suppriment 600 emplois», selon lui.

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires du groupe suisse s’est accru de 1,3% par rapport à la période comparable de l’an passé, à 21,1 milliards de francs suisses, a-t-il révélé la semaine dernière. Nestlé a confirmé ses prévisions pour 2021. Le groupe, propriétaire notamment des dosettes de café Nespresso et des bouillons Maggi, vise toujours une croissance organique de ses ventes moyennes à «un chiffre», soit aux environs de 5%.

(AFP)

Votre opinion