08.01.2020 à 10:47

Conflit au Moyen-OrientNetanyahu met en garde l'Iran

La mise en garde du premier ministre israélien contre Téhéran est très claire, en cas d'attaque contre l'Etat hébreu.

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu a prévenu mercredi l'Iran qu'Israël répondrait de manière «retentissante» en cas d'attaque contre l'Etat hébreu.

«Quiconque nous attaque recevra une riposte retentissante», a déclaré Benyamin Netanyahou, qui s'exprimait après les tirs nocturnes de missiles iraniens sur des bases utilisées par l'armée américaine en Irak.

Cette frappe a été présentée par Téhéran comme une riposte à l'assassinat vendredi du puissant général iranien Qassem Soleimani par une frappe américaine à Bagdad.

Dimanche, à Téhéran, en pleine escalade verbale à la suite de la frappe américaine qui a tué le général, un haut responsable iranien avait notamment menacé de réduire des villes israéliennes en «poussière» si les Etats-Unis «prennent la moindre mesure après notre riposte militaire» à l'assassinat de Soleimani.

Principal ennemi

Benyamin Netanyahu a qualifié mercredi Qassem Soleimani de «terroriste en chef» et «d'architecte» de la «campagne de terreur» au Moyen-Orient, et s'est dit solidaire des Etats-Unis, lors de cette déclaration dans une conférence à Jérusalem en présence de l'ambassadeur américain en Israël, David Friedman.

Iran: immense foule en Iran pour l’enterrement de Soleimani

Israël accusait notamment Qassem Soleimani, chef de la force Qods, une unité d'élite du Corps des Gardiens de la révolution iranienne, de préparer des attaques contre l'Etat hébreu et d'être l'éminence grise d'un projet visant à convertir des roquettes du Hezbollah libanais en missiles de précision pouvant causer d'importants dommages sur son territoire.

Le premier ministre Netanyahu, qui considère l'Iran comme le principal ennemi d'Israël, a par ailleurs soutenu mercredi que les pays arabes avaient des «relations grandissantes» avec l'Etat hébreu.

Un puissant général iranien tué par les Etats-Unis en Irak

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!