Publié

Elections israéliennesNetanyahu se pose en garant de l'unité de Jérusalem

Le premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu a lancé lundi ses dernières forces dans la bataille des législatives en se posant comme le garant de l'unité de Jérusalem.

Un travailleur accroche un panneau de la campagne électorale de Benjamin Netanyahu, chef du parti Likoud et Premier ministre d'Israël. (8 mars 2015)

Un travailleur accroche un panneau de la campagne électorale de Benjamin Netanyahu, chef du parti Likoud et Premier ministre d'Israël. (8 mars 2015)

Keystone

Au cours des derniers jours de la campagne, le premier ministre conservateur, sous la pression de sondages défavorables, s'est démultiplié dans les médias. Il a accusé de manière répétée son concurrent travailliste d'être prêt à diviser Jérusalem en deux parties, israélienne et palestinienne. Benjamin Netanyahu devait se rendre ce lundi 16 mars 2015 dans la colonie de Har Homa, à Jérusalem-Est, quelques heures avant la fin officielle de la campagne à 18h00.

Diviser Jérusalem

Dans un entretien publié lundi par le site d'information «Walla», Benjamin Netanyahu accuse Isaac Herzog et l'alliée centriste de celui-ci, Tzipi Livni, de «promettre de diviser Jérusalem, de condamner les constructions que j'ai faites dans les quartiers juifs de Jérusalem». «Ils sont prêts à tout lâcher, à courber l'échine sous n'importe quel diktat, y compris un accord nucléaire avec l'Iran», a-t-il déclaré.

«L'important, c'est que Jérusalem reste unifiée», a-t-il dit dans un autre entretien à la chaîne de télévision Channel 2 lundi, au lendemain d'un vaste rassemblement de mobilisation de la droite à Tel-Aviv.

Scrutin très indécis

Isaac Herzog a réfuté les imputations de Benjamin Netanyahu dimanche à l'occasion d'une visite au mur des Lamentations. «Je saurai sauvegarder Jérusalem et ses habitants mieux que tout autre dirigeant, par mes actes, pas seulement par mes mots», a-t-il dit. Israël élit mardi son nouveau parlement, lors d'élections très indécises qui diront si Benjamin Netanyahu, depuis six ans au pouvoir, est appelé à former le prochain gouvernement.

Les derniers sondages publiés vendredi donnaient l'avantage à la liste conduite par Isaac Herzog. Dans le système israélien, ce n'est pas forcément le chef de la liste arrivée en tête qui est appelé à former le gouvernement, mais celui, parmi les 120 députés élus, qui sera le plus à même de constituer une coalition avec les autres groupes au parlement.

(ats)

Ton opinion