Culture - Netflix met l’accent sur ses productions françaises en 2021
Publié

CultureNetflix met l’accent sur ses productions françaises en 2021

Le géant américain du streaming vidéo va renforcer sa création française, avec le lancement de près de 30 projets originaux français.

A Hollywood, en Californie.

A Hollywood, en Californie.

AFP

Netflix, le géant américain du streaming vidéo par abonnement, a décidé de renforcer sa création française, avec le lancement de près de 30 projets originaux français en 2021 dont une série documentaire sur Johnny Hallyday et une fiction sur l’incendie de Notre-Dame de Paris.

Après l’ouverture de bureaux à Paris l’an dernier – six ans après son lancement en France – et avoir donné «un coup d’accélérateur» sur les productions françaises, Netflix a confirmé mardi le renforcement «de son ancrage créatif et culturel en France». Dans l’année, 27 films, séries et documentaires seront produits ou lancés, assure la plateforme.

«Nos abonnés veulent avant tout des histoires dans lesquelles ils se reconnaissent», a expliqué Anne-Gabrielle Dauba-Pantanacce, directrice de la communication de Netflix en France, lors d’une conférence de presse. Sur les séries, après avoir fait la part belle à des productions de genres comme l’épouvante (Marianne) ou le fantastique (Revolution), Netflix veut se concentrer en 2021 «sur des propositions plus fédératrices et plus grand public».

Au programme, trois séries phares: «Disparu à jamais», l’adaptation française du polar d’Harlan Coben par David Elkaïm et Vincent Poymiro, les scénaristes de «En Thérapie», portée par notamment par Finnegan Oldfield et Nicolas Duvauchelle. Mais aussi «La part du feu», qui retracera la nuit de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris et «Johnny by Johnny», une série documentaire qui reviendra sur l’histoire de Johnny Hallyday.

Côté cinéma

Côté cinéma, Netflix mise avant tout sur l’action et les comédies grand public, avec trois nouveaux films produits, prévus pour 2022.

Deux d’entre eux sont des suites de succès publics sur lesquels la plateforme capitalise: le deuxième volet d’une production maison, «Balle perdue» de Guillaume Pierret, sorte de «Fast and Furious» à la française qui a cumulé plus de 37 millions de vues sur la plateforme dans son premier mois d’exploitation l’an dernier; et la suite de «De l’autre côté du périph» (2012) avec le retour de Laurent Lafitte et Omar Sy.

La plateforme proposera également «A tombeau ouvert», le remake d’un thriller coréen de 2014, «A Hard Day», un premier film avec Franck Gastambide («Taxi 5», «Les Kaïra», la série «Validé») et Simon Abkarian au casting.

A ces films s’ajoutent des projets déjà évoqués: une comédie de Dany Boon sur le confinement («8, rue de l’Humanité») ou une d’action avec Jean-Claude Van Damme, «Le dernier mercenaire».

(AFP)

Votre opinion