Publié

FOOTBALLNeymar: la malédiction colombienne

Un an après le genou dans son dos de Zuniga, la star du Brésil a perdu ses nerfs face à Murillo.

Jeison Murillo a réussi à faire perdre ses nerfs à neymar (de face).

Jeison Murillo a réussi à faire perdre ses nerfs à neymar (de face).

AFP

La Colombie ne réussit décidément pas à Neymar: il y a un an, sa Coupe du monde avait pris fin face aux «Cafeteros» qui, cette fois mercredi à Santiago, l'ont muselé pendant 90 minutes, puis fait sortir de ses gonds.

Après le genou de Juan Camilo Zunigo, la langue bien pendue de Jeison Murillo: les deux internationaux colombiens ont, à un an d'intervalle, laissé un bien mauvais souvenir à Neymar.

Le premier l'avait blessé aux vertèbres en lui assénant - involontairement - un violent coup de genou dans le dos lors du quart de finale du Mondial-2014 (2-1). Au grand désespoir de tout un peuple, Neymar, évacué sur une civière, en avait terminé avec sa Coupe du monde. Le Brésil ne le savait pas encore, mais ses chances de titre avait pris un coup fatal, comme devait le montrer sa déroute contre l'Allemagne en demi-finale (7-1).

Et mercredi, le Brésil s'est incliné 1-0, le joueur du Barça passant une soirée cauchemardesque avec une énorme occasion de but grossièrement ratée, des erreurs inhabituelles dans ses passes et dribbles, une extrême nervosité et, pour finir, une exclusion après le coup de sifflet final.

«Le joueur infaillible n'existe pas»

«Je suis conscient que je n'ai pas bien joué, que notre équipe n'a pas bien joué et j'en assume totalement la responsabilité, a expliqué Neymar. Le joueur infaillible, cela n'existe pas. Des fois on perd, c'est dommage que cela soit arrivé, mais j'ai toute confiance dans mes coéquipiers.»

Exclu pour avoir tenté de donner un coup de tête à Jeison Murillo qui l'avait chambré, Neymar devra purger au moins deux matches de suspension, la dernière rencontre de poule contre le Venezuela dimanche et l'éventuel quart de la finale.

Pour expliquer ses nerfs à vif - il aurait pu être exclu en fin de première période pour avoir poussé l'arbitre qui venait de l'avertir - et son coup de sang, «El Menino» («le gamin») a accusé le corps arbitral de l'avoir harcelé. Mais il n'a pas évoqué la décision de la justice espagnole d'ouvrir mercredi une procédure pour escroquerie dans le cadre de son arrivée au FC Barcelone.

«Cela me dérange quand les arbitres sont à côté de la plaque. C'est moi qui suis frappé et c'est moi qui suis expulsé», a-t-il regretté. Il a reçu le soutien de son sélectionneur Dunga: «Ce qui s'est passé à la fin est lamentable, l'arbitre n'a pas réussi à garder le contrôle.»

La vidéo de l'altercation entre Neymar et Murillo:

(SI)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!