05.08.2020 à 20:05

FootballLe capitaine de Bavois: «C’était sans doute mieux comme ça»

Après la défaite contre Winterthour (4-0) en Coupe, Nezir Kurtic est notamment revenu sur l’épisode de la qualification des joueurs.

par
Florian Vaney
Nezir Kurtic va au contact de Nuno Da Silva. Son engagement n’aura pas suffi.

Nezir Kurtic va au contact de Nuno Da Silva. Son engagement n’aura pas suffi.

keystone-sda.ch

Nezir, pas de regrets après ce match, ou très peu.

On a vu la différence de niveau dans les deux zones de vérité. Tout s’est joué dans les trente derniers mètres, des deux côtés. Entre les deux, on était bien. On pouvait même se dire qu’on était au niveau. Peut-être pas à 50-50, mais pas loin. Et puis on en prend un, deux, trois, quatre, et on quitte le terrain en se disant: «Ah quand même». Non, il n’y a rien à redire. Winterthour était au-dessus.

À 1-0 à la pause…

Voilà, c’est là le seul petit hic de ce match. Parce que si on rentre aux vestiaires menés d’un seul but, il y a peut-être moyen. Après tout, on a quand même deux ou trois situations intéressantes, quelques bonnes frappes. Mais ce 2-0 à la 45e nous tue. Déjà, on ne doit jamais faire une faute à vingt mètres de notre but comme ça. Et derrière, le marquage… Tout le monde est trop loin de son gars. Contre une équipe de ce niveau, 1-0 ou 2-0 à la pause, c’est complètement différent. Là, à 2-0, on savait que c’était fini.

On a beaucoup parlé de la décision de l’ASF de vous interdire d’utiliser vos renforts estivaux pour ce match. Ça a changé quelque chose?

On en a parlé, c’est sûr. Même beaucoup parlé depuis hier soir. Maintenant, encore une fois, ce match, c’était une question de tranchant dans les zones de vérité. Est-ce qu’un Daniel Titié derrière ou un Alessandro Ciarrocchi devant auraient pu tout changer? Peut-être, mais je n’en suis pas 100% convaincu non plus. C’est dommage pour eux. Ils étaient déçus et on l’était pour eux. Mais quelque part, c’est aussi bien comme ça. On est allés au bout de l’aventure avec ceux qui l’ont commencée et, dès dimanche, les nouveaux auront l’occasion de jouer.

Vous n’étiez que quinze sur la feuille de match…

Ouais, ça fait pas très sérieux ni très menaçant à l’heure de disputer un match comme celui-ci. On n’avait même pas de deuxième gardien… Heureusement que Robin (ndlr: Enrico) a fait le job et a tenu sa place. En fin de compte, on a joué le jeu. Ca n’avait rien d’idéal, mais c’était sûrement mieux comme ça.

Vous gardez quoi de ce match?

Le contenu. Parce qu’on revient de loin. La saison dernière, on n’arrivait pas à aligner deux passes. Aujourd’hui, c’était déjà nettement mieux. Il faut bien se rendre compte qu’en championnat, on va tomber contre des équipes de ce niveau. Yverdon, Rapperswil, c’est le même calibre. Là, on a trop souvent eu un mètre de retard. Le genre de chose qui ne pardonne pas contre des formations aussi fortes. Mais il y a du positif à tirer. Dimanche, on joue déjà contre Nyon pour une place dans le tableau final de la prochaine Coupe. Il y aura quelque chose à faire.

Mais tout de même, est-ce que Bavois n’a perdu un peu en caractère ces dernières années?

Oui, je crois bien. Mais ce n’est pas une fatalité. Ce qu’on a perdu en caractère, on l’a gagné en qualité. À l’époque, on pouvait compter sur des tronches. Des Hicham Bentayeb, Qendrim Makshana, parfaits pour nous placer face à nos responsabilités dans des matches comme celui-ci. Aujourd’hui, ils ne sont plus là. Ce qui n’empêche pas un constat implacable: on possède une équipe bien plus dense et qualitative qu’à l’époque. Une équipe qui peut nous permettre d’accrocher la première moitié du tableau en Promotion League.

Vraiment?

On dit souvent qu’on joue le samedi comme on s’est entraîné la semaine. Pour ne manquer quasi aucun entraînement, je peux vous le dire: le niveau n’a jamais été aussi haut. Avant, on montait des gars de la «deux» ou on allait chercher des joueurs ailleurs pour faire le nombre. Ça n’existe plus aujourd’hui. Dès que quelqu’un est un peu en-dessous, ça se voit direct. Une nouvelle dynamique s’est créée. On en avait besoin. Maintenant, je peux vous l’assurer: on est capables de réaliser quelque chose de très intéressant cette saison.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé