Publié

MusiqueNick Cave, un long voyage vers la lumière

Brisé par la disparition de son fils l’an dernier, le musicien publie un album poignant, spirituel et magnifique.

par
Jean-Philippe Bernard
Getty Images

Bien avant sa sortie, ce disque-là faisait peur. Tellement peur qu’on aurait compris qu’il ne soit jamais enregistré. Il y a des drames dont on ne se remet pas. Ou alors détruit, déconstruit, en ombre dérisoire. L’an dernier, au cœur du mois de juillet, Nick Cave a perdu Arthur, son fils de 15 ans. L’adolescent est décédé en chutant d’une falaise de Brighton, la cité balnéaire anglaise dans laquelle l’artiste australien et sa famille résident depuis quelques années déjà. Voilà, c’est dit. Comment penser à entrer en studio après une épreuve pareille? Même si c’était prévu, étant donné que «Push The Sky Away», l’album précédent, datait de deux ans… Oui, comment oublier l’infernale douleur, le manque de l’être cher qui tord les tripes, vrille le cerveau? Comment préserver l’intimité précieuse qui prévaut dans ces moments-là? Comment, tout simplement, faire croire à «la clientèle» que le spectacle continue?

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!