Wimbledon: Kyrgios triomphe de Tsitsipas dans une ambiance de cour d’école

Publié

WimbledonKyrgios triomphe de Tsitsipas dans une ambiance de cour d’école

Dans une rencontre électrique, l’Australien s’est offert le Grec (6-7 6-4 6-3 7-6) lors du blockbuster du 3e tour à Church Road.

par
Jérémy Santallo
(Londres)
L’image qui résume le mieux ce match: Stefanos Tsitsipas en discussion avec l’arbitre et Nick Kyrgios avec le superviseur.

L’image qui résume le mieux ce match: Stefanos Tsitsipas en discussion avec l’arbitre et Nick Kyrgios avec le superviseur.

Getty Images

Nick Kyrgios l’a fait! Dans un duel haletant face au No 5 mondial Stefanos Tsitsipas, le joueur de 27 ans a livré un grand match et s’est montré à la hauteur de l’événement. Souvent irascible, le bouillant australien a fini par passer l’épaule 6-7 (2/7), 6-4, 6-3, 7-6 (9/7) après 3h17 dans un court no 1 en fusion.

Premier prétexte

Sur la lancée de sa rencontre du deuxième tour, Kyrgios a été le meilleur joueur d’un premier set qu’il a pourtant perdu. Trop timide sur ses deux opportunités de faire le break un peu plus tôt, l’Aussie a trouvé le premier prétexte – une mauvaise annonce d’une juge de ligne – pour sortir de sa bulle et laisser filer le tie-break.

Tout aussi serrée, la deuxième manche s’est jouée à 5-4 en faveur de Kyrgios sur le service de Tsitsipas. Faisant face à une balle de set contre lui, le Grec s’est trompé de côté sur son smash au filet et a vu son adversaire conclure le set. Excédé par son mauvais choix, Tsitsipas a alors expédié une balle de rage dans le public…

Cour d’école

C’est alors que Kyrgios a tout tenté pour faire exclure Tsitsipas, remémorant à Damien Dumusois l’épisode Novak Djokovic à l’US Open, qualifiant l’arbitre français de «débile», de «honte» et réclamant tous les superviseurs de la terre. Il n’a pas eu gain de cause et c’est sans doute parce que le Grec n’a fait que frôler un visage humain.

Il a tout de même pris un avertissement avant d’en récolter un second en expédiant volontairement un retour en tribunes après un service à la cuillère de Kyrgios, qui venait de faire le break. Tsitsipas a reçu un point de pénalité et réclamé lui aussi l’intervention du superviseur. Le court 1 était transformé en cour d’école.

Ambiance malsaine

L’ambiance est carrément devenue malsaine en fin de troisième set. Tsitsipas a visé Kyrgios sur une volée smashée avant que l’Australien ne se moque du revers trop profond du Grec («good shot»). À 5-3 30A, le filet est venu en aide à l’enfant de Canberra sur une amortie de coup droit. Ce coup de chance valait bien une révérence.

Le troisième set en poche, Kyrgios s’est fait une frayeur en chutant puis s’est tenu la hanche. Le duel ne manquait déjà pas d’électricité mais la fermeture du toit est venue en ajouter un peu plus. Après avoir sauvé deux balles de set et raté une balle de match, l’Australien a laissé exploser sa joie. Et la poignée de main a été brève.

Kyrgios, 40e joueur mondial, disputera les 8es de finale dimanche contre l’Américain Brandon Nakashima (56e). 

Ton opinion