Hockey sur glace: Nico Hischier, vous moquez-vous toujours de vos statistiques?

Publié

Hockey sur glaceNico Hischier, vous moquez-vous toujours de vos statistiques?

La Valaisan connaît un début de saison flamboyant avec New Jersey (18 matches, 22 points). Mais il est bien loin de s’en gargariser. Interview.

par
Emmanuel Favre
(Montréal)
Pour Nico Hischier, l’équipe est au centre de ses prises de décisions.

Pour Nico Hischier, l’équipe est au centre de ses prises de décisions.

IMAGO/USA TODAY Network

Fer de lance des Devils du New Jersey, le joueur de centre valaisan Nico Hischier (23 ans) est aussi le capitaine de l’une des équipes les plus performantes du championnat de NHL depuis le début de la saison 2022-2023. Alors que le quart de la saison régulière sera bientôt écoulé, les Diables sont passés de la cave au grenier après avoir empoché 16 victoires après 19 rencontres.

C’est donc un Nico Hischier particulièrement bonhomme, de bonne humeur et loquace qu’on a rencontré la semaine dernière au Centre Bell de Montréal après un entraînement matinal au cours duquel l’ex-junior du HC Viège s’est amusé comme un gamin. Son nouveau jeu: faire ricocher un puck sur un puck afin de le diriger dans les tribunes. 

Nico Hischier a déjà inscrit 9 buts depuis le début de la saison de NHL.

Nico Hischier a déjà inscrit 9 buts depuis le début de la saison de NHL.

IMAGO/USA TODAY Network




Nico, vous connaissez un début de saison flamboyant avec les Devils du New Jersey. Vous avez remporté vos 13 derniers matches et vous produisez à un rythme infernal (18 matches, 22 points). Vous moquez-vous toujours de vos statistiques personnelles?

Bien essayé! Mais vous obtiendrez toujours la même réponse de ma part… L’équipe est au centre, le reste n’a aucune importance.

Au début de votre carrière, et c’est normal, vous produisiez moins. Avez-vous été confronté au doute?

Vous savez, si on ne doute pas, on cesse de progresser. Il faut toujours douter, se remettre en question. Moi, quand je ne griffais pas la feuille des pointeurs sur une longue période, je me concentrais sur tous les aspects de mon jeu défensif. Parce qu’on gagne des championnats en étant bon dans la gestion défensive des matches, et non pas en inscrivant 100 fois son nom sur la feuille des compteurs 

Avec du recul, à 18 ans, étiez-vous prêt pour la NHL?

Oui, je l’étais. Sinon je n’aurais pas été intégré à l’équipe. Mais ce n’était pas simple. Du jour au lendemain, tu te retrouves sur la glace avec des gars dont tu avais regardé le jeu à la télévision et sur les réseaux sociaux. Il y a un fossé important entre l’observation et la réalité et cela demande du temps pour s’y ajuster. Au fil des saisons, tu apprends, tu te développes, tu t’adaptes. Les matches sont des éléments majeurs: plus tu en joues, plus tu apprends.

Comment s’adapte-t-on?

Le mieux, c’est quand tu affrontes les meilleurs joueurs. Tu regardes ce qu’ils font et tu adaptes ton jeu, tu essaies de faire des choses que tu n’avais jamais tenté auparavant.

«Dans cette ligue, être dominant à 18 ans, ce n’est pas simple.»

Nico Hischier

Avec du recul aussi, avez-vous fait face à la pression de l’impact immédiat parce que vous étiez le tout premier choix du repêchage?

C’est clair, tout ça, à 18 ans, ce n’est pas simple. Les attentes sont grandes quand tu es No 1, mais c’est important de rester concentré sur soi-même, sur l’équipe, et de rester sourd à ce que les gens disent de toi. Je crois que beaucoup de personnes ne se rendent pas toujours compte à quel point c’est difficile. Celles-là, il faut les laisser parler…

Pourquoi votre équipe est-elle si dominante en ce début de saison 2022-2023?

Parce qu’on joue avec nos forces, parce qu’on joue en tant que groupe. On est rapide et on sait que si on garde la possession de la rondelle cela sera difficile contre nous 

Mais vous attendiez-vous à trôner au sommet de la ligue (2e avec 32 points en 19 matches)? 

J’ai toujours cru en ce groupe. On a d’excellents joueurs, avec du caractère. Donc, pour moi, ce bon départ ne constitue vraiment pas une surprise. 

Que ressent-on quand on gagne?

C’est un sentiment tellement différent de celui qui nous habitait ces dernières saisons. Tout change, l'atmosphère est plus légère, tu te sens moins fatigué. On est un groupe au sein duquel chacun fait son job, mais on a conscience que la saison est longue et que nous avons encore une bonne marge de progression. Il faut continuer à aller dans la bonne direction. 

Nico Hischier et Akira Schmid. 

Nico Hischier et Akira Schmid. 

IMAGO/USA TODAY Network



Avec vous, le défenseur zurichois Jonas Siegenthaler et le gardien bernois Akira Schmid, il y a trois Suisses chez les Devils…

C’est le fun. C’est tellement positif pour le hockey suisse. Avec Jonas et Akira, on a la même culture, on a grandi dans le même pays, on a les mêmes intérêts, on connaît les mêmes personnes et on parle parfois notre dialecte. C’est cool.

Et vos coéquipiers comprennent le suisse allemand?

(rires) On ne le parle que lorsque nous sommes entre nous. Quand il y a d’autres personnes, on parle en anglais.

Ton opinion