Télévision: Nicolas, Bouleau & Bédat: unis face à l’Ordre du Temple solaire
Publié

TélévisionNicolas, Bouleau & Bédat: unis face à l’Ordre du Temple solaire

C’est ce soir que TMC diffuse les deux premiers épisodes d’un formidable docu qui revient sur l’affaire des massacres de l’OTS qui a secoué la Suisse romande, la France et le Québec. Et qui met en lumière le travail d’enquêteurs de trois journalistes, devenus des amis pour la vie.

par
Laurent Siebenmann, Paris
Bernard Nicolas, Gilles Bouleau et Arnaud Bédat ont longuement enquêté, ensemble, sur l’OTS. Ils sont aujourd’hui considérés comme les meilleurs spécialistes de cette affaire et sont au coeur du documentaire de TMC.

Bernard Nicolas, Gilles Bouleau et Arnaud Bédat ont longuement enquêté, ensemble, sur l’OTS. Ils sont aujourd’hui considérés comme les meilleurs spécialistes de cette affaire et sont au coeur du documentaire de TMC.

TF1

Le 5 octobre 1994, la Suisse romande était sous le choc: 48 personnes étaient retrouvées mortes, à Salvan (VS) et à Cheiry (FR). Quelques jours plus tôt, 5 corps sans vie étaient découverts dans une maison de Morin-Heights, au Québec. Suicides collectifs? Assassinats? Suivront deux autres tueries, la première en décembre 1995 dans le Vercors (F), où 16 victimes rendirent l’âme. La dernière à Saint-Casimir, au Québec, en mars 1997, qui fit 5 morts. Tous ces massacres ont un dénominateur commun: le mystérieux Ordre du Temple solaire auquel les victimes appartenaient toutes, et dont le Dr Luc Jouret et Jo Di Mambro, morts aussi lors des tueries, étaient les gourous.

Jo Di Mambro, l’un des gourous de l’OTS.

Jo Di Mambro, l’un des gourous de l’OTS.

Capture écran TMC

Ce vendredi soir, à 21h15 sur TMC, débute la diffusion d’un documentaire exceptionnel, «Temple solaire: l’enquête impossible», qui revient sur ce fait divers hors du commun, presque trente ans après. Avec forces témoignages, dont celui du chef d’orchestre Michel Tabachnik – qui a longtemps été soupçonné d’être un des chefs de l’OTS mais relaxé deux fois par la justice – documents et vidéos, les réalisateurs Raphaël Rouyer et Nicolas Brénéol racontent cette incroyable histoire dont le fil rouge sont les journalistes Gilles Bouleau, Bernard Nicolas et Arnaud Bédat, spécialistes de cette affaire sur laquelle ils ont longuement enquêté, en équipe, dès le début des faits.

La levée du corps d’une des victimes de l’OTS.

La levée du corps d’une des victimes de l’OTS.

Capture écran TMC

«Temple solaire: l’enquête impossible» met en lumière l’équipe que vous avez formée, afin d’enquêter pour TF1 et des journaux suisses. Comment est née cette amitié entre vous trois?

Gilles Bouleau Bernard et moi, qui nous connaissons depuis notre entrée chez TF1, avions été envoyés pour enquêter sur les premières tueries. J’étais au Québec, à Morin-Heights. Bernard, lui, se trouvait en Suisse. Rappelez-vous que c’était une époque où internet, les smartphones et tout ça n’existaient pas… On s’appelait donc de temps à autre au téléphone et nous disions: «On trouve de jolies pièces, des témoignages… mais y a toujours un petit Suisse avant nous.» Il nous ennuyait, il était partout plus vite que nous! (Il sourit) On est donc entré en contact avec Arnaud, puisque c’est de lui dont il s’agissait. C’est ainsi que notre amitié et notre collaboration sont nées, entre nous trois.
Bernard Nicolas Cette amitié a été le ciment qui a permis tout ce travail, car, outre l’enquête elle-même, nous avons aussi signé deux livres et des documentaires pour TF1, tous ensemble. J’aime ces deux mecs, j’ai beaucoup d’admiration pour eux. Nous avons bossé en parfaite harmonie en nous répartissant les rôles. Et ainsi sommes parvenus à apporter, à l’époque, un éclairage qui n’existait pas sur cette affaire de l’OTS. Par exemple, lorsqu’Arnaud a découvert des photos de Michel Tabachnik en pleine procession au sein de l’Ordre du Temple solaire, l’obligeant à revenir sur ses précédentes déclarations et faisant rebondir l’enquête. Ca a été un coup de tonnerre.
Arnaud Bédat On avait fait l’ouverture du journal de «20h» sur TF1, avec ces documents. Comme quoi, l’union fait la force.

Gilles Bouleau, Bernard Nicolas et Arnaud Bédat, en 1996, lors de la sortie de leur premier livre.

Gilles Bouleau, Bernard Nicolas et Arnaud Bédat, en 1996, lors de la sortie de leur premier livre.

TF1

Votre «association» vous a permis de faire avancer l’enquête.

GB On en savait plus que certains enquêteurs. Nous avions plus de pièces à notre disposition, comme des PV d’autres pays que eux n’avaient pas. Ou des photos intimes, au sein de la secte.
AB C’est le résultat de notre union. D’une certaine manière, nous avons été des pionniers, en nous associant de manière quasi intuitive. Avant nous, il était de coutume de regarder en chien de faillance les concurrents des autres médias. Aujourd’hui, cela a changé. De grandes rédactions se mettent ensemble pour enquêter, à l’image des Panama Papers. 

Qu’est-ce qui, initialement, a ainsi aiguisé votre curiosité autour de cette affaire de l’OTS?

GB Nous voulions comprendre comment, dans des pays aussi normés, contrôlés que le Québec, la France et la Suisse, cette contre-société qu’était l’OTS avait pu se développer en toute impunité. Comment a-t-elle fait, pendant de longues années? Où les membres déclaraient-ils leurs impôts? Où achetaient-ils leurs voitures? Comment Jouret et Di Mambro se sont-ils trouvés? Qui étaient-ils, quelle était leur personnalité?
BN Luc Jouret était un personnage de film, avec la beauté du Diable. Jo Di Mambro était plus dans le registre comédie, avec moumoute et gourmette. Ils étaient aux antipodes. Comment Di Mambro est-il parvenu à recruter Jouret? Ca paraît incroyable.
GB Et au milieu de ça, Michel Tabachnik, sorte de caution artistique, de reconnaissance internationale et de respectabilité…

Le chef d’orchestre Michel Tabachnik témoigne longuement dans «Temple solaire: l’enquête impossible».

Le chef d’orchestre Michel Tabachnik témoigne longuement dans «Temple solaire: l’enquête impossible».

Capture écran TMC

Vous avez eu le luxe de pouvoir mener l’enquête durant des années.

GB Parmi tous les anciens membres de l’OTS, il n’y avait aucun alcoolique ou psychopathe… Ils étaient désespérément normaux, bourgeois, intégrés. Il y avait des artistes, des médecins… Cela nous a passionné d’essayer de comprendre.
AB Nous n’avons pas eu peur de l’Everest qui se trouvait en face de nous. Il fallait oser le gravir! Et surtout avoir du temps. Je ne suis pas certain qu’aujourd’hui une rédaction laisserait à un journaliste autant de temps afin d’enquêter.
BN Cette enquête méritait une investigation. TF1 l’avait bien compris.

Comment êtes-vous parvenus à faire témoigner Michel Tabachnik dans «Temple solaire: l’enquête impossible», alors qu’il n’avait pas gardé un très bon souvenir de Gilles, puisque c’est lui qui l’avait impliqué dans l’affaire, lors d’un «20h» de TF1?

AB J’ai déjeuné plusieurs fois avec Tabachnik en Suisse, afin de le convaincre. Et, un jour, il me dit: «Je veux voir Bouleau!» J’ai appelé Gilles qui m’a tout de suite dit: «Je viens!»
GB On s’est donc vus sur les bords du Léman, à Cully, pour la première fois depuis des années. Il était accompagné par son épouse. Je voulais voir ce qu’il était devenu, qui il était aujourd’hui. Et, bien sûr, tenter de le convaincre d’apparaître dans le documentaire. Ca n’était pas simple car il me considérait comme étant, avec mes camarades, l’homme qui avait brisé sa carrière et sa vie. Ce jour-là, nous avons donc beaucoup discuté et c’était passionnant.
AB Et, curieusement, la rencontre n’a pas été tendue. Beaucoup moins que la fois où j’avais revu Tabachnik pour la première fois, à l’occasion d’un autre reportage, quelques années avant. On s’était alors engueulés comme des chiffonniers, durant une heure ou deux! Puis, après, c’était purgé.

Gilles Bouleau, Arnaud Bédat et Bernard Nicolas sont restés de grands amis.

Gilles Bouleau, Arnaud Bédat et Bernard Nicolas sont restés de grands amis.

Capture écran TMC

Vous affirmez, dans le documentaire, que le pouvoir de séduction de l’OTS était grand. Que vous-même auriez pu y succomber.

GB Nous nous sommes souvent demandés, Arnaud, Bernard et moi: «Et toi, tu serais pas tombé dedans?» Répondre «non» serait se mentir. L’OTS savait être tellement séduisante.
BN Cela peut paraître étonnant mais, parmi les survivants que nous avons rencontrés, beaucoup pensent encore aujourd’hui que l’OTS était formidable. Mais nous ne les avons jamais jugés... Nous cherchions simplement à comprendre.

Gilles, Arnaud et Bernard, continuez-vous, aujourd’hui encore et en toute discrétion, à enquêter sur l’OTS?

GB Non… Cette série documentaire marque une forme de point d’orgue, après toutes ces années. 
AB On n’enquête plus, non. Mais je reçois encore des appels et des mails qui me sollicitent, me parlent de cas hypothétiques. Rien de plus.

«Temple solaire: l’enquête impossible»
Episodes 1 et 2, vendredi 17 juin à 21h15, sur TMC
Episodes 3 et 4, vendredi 24 juin à 21h15, sur TMC

A lire aussi sur lematin.ch, sur le même sujet:
TMC replonge au coeur de l’affaire du Temple solaire
Le Temple solaire sur TMC: «Personne n’est à l’abri de se retrouver embarqué dans une secte!»


Votre opinion