JO 2016: Nino Schurter et Jolanda Neff sont prêts

Publié

JO 2016Nino Schurter et Jolanda Neff sont prêts

Les courses de VTT annoncent prometteuses pour la délégation suisse. Dimanche, Nino Schurter et Jolanda Neff partiront favoris.

Nino Schurter, ici en action sur le parcours élite, lors du championnat suisse de mountainbike cross country le 17 juillet 2016 à Echallens.

Nino Schurter, ici en action sur le parcours élite, lors du championnat suisse de mountainbike cross country le 17 juillet 2016 à Echallens.

Keystone

Nino Schurter et Jolanda Neff sont prêts à en découdre et assument leur statut de favori. Ils se sont préparés en toute quiétude loin du tumulte de Rio, où ils ne sont revenus que mardi.

«Il est clair que mon but est de gagner», a lâché au cours d'un point-presse le Grison, 3e des JO 2008 à Pékin et 2e à Londres quatre ans plus tard. «Une deuxième médaille d'argent ou une deuxième médaille de bronze, ce n'est pas nécessaire», a-t-il concédé.

«Je ne peux pas tout contrôler»

«J'ai connu une excellente préparation, je suis en forme et mon matériel est parfait. Mais je ne peux pas tout contrôler. Je dois simplement tout mettre en œuvre pour être prêt dimanche, et tout donner», a poursuivi le quintuple champion du monde (2009, 2012, 2013, 2015, 2016). «Je ne peux pas dire que je serai déçu si je termine 2e en étant battu par plus fort que moi.»

Dimanche, Nino Schurter pourra compter sur le soutien indéfectible des deux autres Suisses retenus pour cette épreuve, le St-Gallois Lars Forster et le Bernois Mathias Flückiger. «Ce sera une course spéciale. Le parcours est rapide, et la tactique d'équipe sera primordiale. Il faudra savoir gérer parfaitement la première moitié de la course afin d'éviter toute mauvaise surprise», a-t-il encore expliqué.

A 30 ans, le Grison se sait mûr pour la consécration ultime. «En 2008 à Pékin, j'étais un jeune homme qui découvrait les Jeux olympiques. En 2012, j'avais déjà l'impression d'avoir tout en main pour gagner. Mais j'en avais peut-être trop fait durant la course, et avais manqué d'énergie pour le sprint», dans lequel il avait dû s'avouer vaincu devant le Tchèque Jaroslav Kulhavy. «Cette fois-ci, tout ce que je peux maîtriser moi-même est sous contrôle.»

La prudence de Jolanda Neff

Jolanda Neff s'est montrée forcément plus mesurée dans ses propos, refroidie par les mésaventures vécues lors des championnats du monde de 2015 (9e) et de 2016 (8e) dont elle était pourtant la favorite. «Mon objectif prioritaire, c'est d'être en forme sur le plan physique au moment de prendre le départ», a glissé laconiquement la St-Galloise de 23 ans, qui pourra - si besoin - compter sur le concours de l'Uranaise Linda Indergand samedi.

«Je sais que c'est un euphémisme. Mais c'est un objectif qui prend tout son sens quand on sait ce que j'ai vécu lors des deux derniers Mondiaux», a poursuivi la championne du monde 2016 de VTT marathon, qui avait été victime d'une infection juste avant les Mondiaux 2015 et a souffert du dos pendant ceux de 2016. Ses problèmes de dos sont-ils d'ailleurs oubliés ? «Pas totalement. Mais à Londres il y a trois semaines, tout s'était bien passé», a-t-elle répondu.

«La pression, je la mets sur mes pédales»

Jolanda Neff apprécie particulièrement le parcours carioca. «Il ressemble à celui de Pietermaritzburg en Afrique du Sud, où j'ai de beaux souvenirs» avec notamment un titre de championnat du monde M23 conquis en 2013. «Il y a beaucoup de sections techniques. De petits écarts pourraient rapidement se creuser, et la course pourrait se transformer en un contre-la-montre individuel», a-t-elle analysé, soulignant qu'il faudrait être «à bloc pendant 90 minutes.»

Ressent-elle une certaine pression en tant que principale favorite de l'épreuve ? «La pression, je la mets sur mes pédales», a rigolé la St-Galloise de 23 ans, qui s'est tout de même montrée un peu plus précise lorsqu'on lui demanda quel était le profil de la future championne olympique: «J'espère qu'elle a des boucles blondes», a-t-elle souri...

(ATS)

Ton opinion