Hockey sur glace – Noah Rod a du sang grenat dans ses veines
Publié

Hockey sur glaceNoah Rod a du sang grenat dans ses veines

L’attaquant des Vernets a prolongé son aventure genevoise pour trois ans supplémentaires, jusqu’en 2027. Il rêve d’être le capitaine qui sera le premier à soulever le trophée de champion dans l’histoire du club.

par
Christian Maillard
Noah Rod fait partie de l’ADN de Ge/Servette, normal qu’il poursuive son aventure.

Noah Rod fait partie de l’ADN de Ge/Servette, normal qu’il poursuive son aventure.

ERIC LAFARGUE

Lancé dans le bain de la LNA lors de la saison 2013-2014 par Chris McSorley alors qu’il n’avait que 17 ans et une grille sur son casque, Noah Rod a toujours été fier de défendre les couleurs de ce GE/Servette qu’il a dans la peau. C’est du sang grenat qui coule dans ses veines depuis qu’il a débarqué, il y a plus de dix ans, de Lausanne. Il n’a connu que ce club en National League avec lequel il a comptabilisé 149 points (dont 77 buts) en 355 matches.

Ce Chaux-de-Fonnier, passé aussi par Fribourg, aime tant ce club, cette ville et ses fans, qu’il a décidé de prolonger sa collaboration avec les Aigles pour trois ans supplémentaires, soit jusqu’au terme de la saison 2026-2027. Le sérieux du projet de la fondation a été un élément clé dans sa décision de s’engager sur une longue durée avec Genève, lui qui en est le capitaine depuis qu’il a 22 ans. Un rôle qu’il assume avec fierté et sérieux, c’est un exemple pour les jeunes dans le vestiaire ou sur la glace. Depuis ses débuts au plus haut niveau, le No 96 possède cette franchise dénuée de suffisance qui caractérise les leaders et les clubistes.

‹‹Venir aux Vernets tous les matins et tout faire pour gagner un titre, voilà ce qui me motive dans la vie.››

Noah Rod, capitaine de Ge/Servette

«J’aimerais être le capitaine qui sera le premier à soulever la Coupe de champion de Suisse dans l’histoire du GSHC», se plaît à répéter celui qui est aussi international respecté sur la glace pour ses qualités physiques. Il lui suffit parfois d’une charge pour que ses coéquipiers le suivent et que la physionomie dun match change, qu’il tourne en la faveur des Grenat. «Venir aux Vernets tous les matins et tout faire pour gagner un titre, voilà ce qui me motive dans la vie, a déclaré le Genevois, heureux de cette signature. Je ne vois mon avenir qu’ici. Quand on a discuté avec Marc Gautschi de mon futur et de celui du GSHC, nous sommes très vite tombés d’accord. Même si javais du temps encore sur mon contrat. Genève est ma ville, et je veux tout faire pour avoir du succès avec le maillot Grenat sur les épaules. J’ai hâte de vivre encore de belles aventures avec l’équipe.»

‹‹Il est devenu l’un des joueurs les plus importants du Club, sur et en dehors de la glace. Il était logique et naturel d’imaginer le projet Grenat avec son capitaine sur le long terme.››

Marc Gautschi, directeur sportif de Ge/Servette

Âgé aujourd’hui de 25 ans, celui qui avait tenté une aventure en Amérique du Nord avec les Sharks de San José pourrait bien terminer sa carrière au bout du lac où il se sent si bien. «Nous sommes très reconnaissants du travail quaccomplit Noah Rod tous les jours à la patinoire, se réjouit le directeur sportif Marc Gautschi. Il est devenu l’un des joueurs les plus importants du Club, sur et en dehors de la glace. Il était logique et naturel d’imaginer le projet Grenat avec son capitaine sur le long terme. C’est pour cela que nous avons déjà convenu d’une prolongation de son contrat. Nous voulons bâtir autour de jeunes internationaux ou futurs internationaux comme le sont Noah Rod, Roger Karrer, Simon Le Coultre ou encore Gauthier Descloux.»

Voilà une nouvelle qui devrait amener une dynamique positive dans le vestiaire des Genevois juste avant le derby du Lac de ce jeudi soir aux Vernets.

Votre opinion

2 commentaires