Ski alpin: Noémie Kolly, la révélation romande
Publié

Ski alpinNoémie Kolly, la révélation romande

La Fribourgeoise de 22 ans a pris le 12e rang du super-G de Crans-Montana dimanche et brûle les étapes.

par
Ugo Curty
Malgré son dossard 44, la jeune Romande a décroché le meilleur résultat de sa carrière.

Malgré son dossard 44, la jeune Romande a décroché le meilleur résultat de sa carrière.

AFP

En passant la ligne d’arrivée, Noémie Kolly n’en revenait pas dimanche à Crans-Montana. La Fribourgeoise a secoué la tête, avant qu’un sourire incrédule barre son visage. Avec le dossard numéro 44, elle venait pourtant de se classer au 12e rang du super-G, pour son cinquième départ en Coupe du monde. «Je suis encore fatiguée de ma course et je dois déjà venir devant la presse, s’amusait le petit gabarit (1,60 m pour 52 kilos) peu après. Je ne réalise pas du tout. J’ai vu mon classement et je me suis dit: «Quoi? Ce n’est pas possible».»

Cela faisait des années qu’une Romande n’avait pas pu régater avec les meilleures mondiales dans les disciplines de vitesse. Et dire que Noémie Kolly (22 ans) n’aurait pas dû participer à ce fameux super-G. Une semaine plus tôt, elle était encore cantonnée dans l’antichambre de la Coupe du monde, la Coupe d’Europe. Elle a justement obtenu une troisième place à l’échelon inférieur il y a dix jours, déjà sur la neige de Crans-Montana. Un podium qui lui a offert son ticket pour le week-end de Coupe du monde.

Médaille mondiale et grave blessure

Deux fois dans les points lors des descentes (23e et 29e), la skieuse de La Roche a été préférée à Stephanie Jenal pour la troisième course organisée en Valais, avec le succès que l’on sait. «J’espérais un jour entrer dans un «top 15» à ce niveau mais je ne pensais pas y arriver aussi vite, poursuivait-elle après sa prestation surprise. Je voulais gravir les échelons petit à petit. C’est un très grand pas de sauté ici à Crans et c’est tant mieux.»

«Je me posais beaucoup de questions. J’ai vécu une période pas facile.»

Noémie Kolly

Sur le Haut-Plateau, Noémie Kolly a aussi impressionné par sa maturité qui peut s’expliquer par les épreuves traversées depuis deux ans. Fin février 2019, la spécialiste de vitesse avait obtenu la médaille d’argent aux Mondiaux juniors de Val di Fassa, derrière sa coéquipière Juliana Suter. Un bonheur suivi six mois plus tard par un terrible coup d’arrêt.

Victime d’une chute lors d’un entraînement de géant durant l’été à Saas-Fee, la Fribourgeoise est touchée au genou. Le diagnostic tombe: rupture du ligament croisé antérieur avec fissure du plateau tibial. Elle ne le sait pas encore à ce moment-là mais elle sera privée de courses pendant de long mois. 613 jours – très exactement – d’une abstinence qui a pris fin cette saison.

La tête sur les épaules

Un premier départ en novembre dernier à Davos vécu comme une libération. «Je me posais beaucoup de questions, reconnaît la principale intéressée. En septembre, j’ai vécu une période pas facile parce que j’ai encore été blessée au dos. Je suis donc heureuse, et étonnée surtout.»

Dans l’aire d’arrivée de Crans-Montana, son nom a même été associé aux championnats du monde de Cortina qui débutent dans deux semaines. Il lui «suffit» d’entrer dans les 15 meilleures lors du super-G de Garmisch fin janvier pour valider sa qualification. «Je n’y pense pas, a-t-elle balayé en refusant de s’enflammer. Ce n’est vraiment pas mon objectif. Je veux surtout m’imposer en Coupe du monde et réussir à rentrer dans les points.»

Noémie Kolly veut garder la tête sur les épaules. Si les blessures la laissent désormais tranquille, la membre du ski-club la Berra pourrait bientôt viser plus haut encore.

Votre opinion