06.08.2020 à 14:11

Cyclisme«Non, ce n’est pas un criminel!»

Trois anciens coureurs suisses reviennent sur la lourde chute lors du sprint du Tour de Pologne, qui a plongé le champion des Pays-Bas Fabio Jakobsen dans le coma.

par
Christian Maillard
Fabio Jakobsen (à gauche) a lourdement chuté après un contact avec son compatriote Dylan Groenewegen (en jaune).

Fabio Jakobsen (à gauche) a lourdement chuté après un contact avec son compatriote Dylan Groenewegen (en jaune).

KEYSTONE

Armin Meier (ex-coureur et organisateur du Tour de Suisse): «Pour avoir vu et revu la vidéo de ce sprint, les barrières, qui sont homologuées par la société du Tour de France, n’ont rien à voir avec ce drame. Je pense que ce Dylan Groenewegen est fou, complètement malade. À 200 mètres de l’arrivée, il était encore au milieu du peloton avant de se déporter carrément sur la droite où il sort encore le coude. Sur le Tour de Suisse, je me souviens que nous avions eu des soucis avec Mark Cavendisch, qui n’était pas toujours fair-play. Mais là, c’était vraiment méchant. Sans cela, Fabio Jakobsen aurait dû gagner cette étape. Pour moi, Groenewegen est foutu dans le milieu.»

Pour l’ancien directeur du Tour de Suisse, Armin Meier ne pardonne pas l’écart de Dylan Groenewegen.

Pour l’ancien directeur du Tour de Suisse, Armin Meier ne pardonne pas l’écart de Dylan Groenewegen.

KEYSTONE

«Dans ma carrière, j’ai vu des trucs bien plus antisportifs que ça»

Alexandre Moos, ex-coureur

Alexandre Moos (ancien coureur et coéquipier de Mario Cipollini): «S’il peut y avoir dans un peloton des coups vaches, je pense que personne n’a envie de faire tomber un adversaire. J’ai le sentiment en revoyant les images que Dylan Groenewegen ne le serre pas de manière intentionnelle et qu’il n’effectue pas un grand changement de direction dans sa ligne. Dans ma carrière, j’ai vu des trucs bien plus antisportifs que ça. Dans un sprint, il est certain que tout le monde prend des risques, que certains sont à la limite, dans l’intimidation, cherchant à passer par un petit trou pour sortir vainqueur. Là j’ai vraiment le sentiment que Dylan Groenewegen ne voulait pas une telle tragédie. Il a juste senti qu’il pouvait gagner et faire sa loi…»

Alexandre Moos a vu des «trucs bien plus antisportifs» dans sa carrière.

Alexandre Moos a vu des «trucs bien plus antisportifs» dans sa carrière.

KEYSTONE

Gisiger: «Des commissaires trop laxistes»

Daniel Gisiger (ex-coureur, entraîneur sur piste): «Je trouve que les commissaires ont trop souvent été laxistes par rapport aux coureurs qui changeaient de ligne. Sur ce sprint, il faut reconnaître que Dylan Groenewegen quitte sa ligne. Quand le sprint est lancé, il ne doit pas enfermer un coureur comme il l’a fait. C’est normal qu’il ait été rétrogradé et sanctionné. Mais sachant que celui qu’il a fait tomber se trouve dans un état grave, il ne doit pas être bien dans sa peau. S’il a commis une erreur, je suis convaincu que son intention n’était pas de le faire tomber et de lui faire du mal. Fabio Jakobsen a dû crocher la barrière avec la pédale et c’est ce qui fait que les conséquences sont aussi graves. Mais, même si on considère que les sprinters sont des tueurs qui n’ont pas froid aux yeux, capables de se faufiler dans des trous de souris, on ne doit pas traiter Groenewegen de criminel, car si les commissaires s’étaient montrés plus intransigeants avant, cela ne serait pas arrivé. Maintenant que cela soit arrivé en descente, c’est secondaire. Le coureur est censé reconnaître le parcours. À ce moment-là, on arrêterait avec Paris-Roubaix sous prétexte que la route est dangereuse. Il y a, par ailleurs, des descentes de col qui sont parfois bien plus dangereuses où les coureurs risquent leur vie dans tous les virages.»

Si Daniel Gisiger considère les sprinters comme des tueurs, il estime que Dylan Groenewegen ne voulait pas faire mal.

Si Daniel Gisiger considère les sprinters comme des tueurs, il estime que Dylan Groenewegen ne voulait pas faire mal.

KEYSTONE

Les excuses de Groenewegen

Groenewegen, qui a été opéré pour une clavicule cassée, a présenté ses excuses jeudi sur Twitter. «Je pense que c'est terrible ce qui s'est passé hier. Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point je suis désolé pour Fabio et d'autres qui sont tombés ou ont été touchés. Pour le moment, la santé de Fabio est la chose la plus importante. Je pense à lui tout le temps.»

«Dylan se sent très mal à cause de ce qui s'est passé. Il en a été profondément affecté. Bientôt, nous discuterons en détail de l'incident avec lui», a indiqué Richard Plugge, le manager général de la formation Jumbo-Visma. Cela n'a pas empêché Patrick Lefevere, le patron de l'équipe Deceuninck, d'annoncer déposer plainte.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Etasseur

06.08.2020 à 16:11

Je sais pas si son acte est criminel ou simplement idiot et irresponsable mais quand ça blesse ou pire quand ça tue on appelle ça un délit voire un meurtre et c'est heureusement puni

Nietzsche

06.08.2020 à 14:40

Pour M.Gisiger : si des coureurs prennent des risques inconsidérés dans les descentes, ils ne mettent que leur vie en jeu. Lorsqu'on coince un adversaire c'est différent. D.Gisiger ne me parait point une personne très éclairée. Bon c'est un sportif !