Suisse: Non clair à la pénalisation des clients de la prostitution
Publié

SuisseNon clair à la pénalisation des clients de la prostitution

Le Conseil national a nettement rejeté une proposition qui s’inspirait de pratiques instaurées en France et dans les pays du Nord.

Les clients de la prostitution ne seront pas sanctionnés en Suisse.

Les clients de la prostitution ne seront pas sanctionnés en Suisse.

VQH

Les clients de prostitué·e·s ne seront pas amendés en Suisse, comme le souhaitait la conseillère nationale Marianne Streiff-Feller (PEV/BE). Sa motion, intitulée «Interdire l’achat de services sexuels en Suisse selon l’exemple nordique», a été rejetée mardi par 172 voix contre 11 devant la Chambre du peuple. S’inspirant de législations adoptées par la Suède, la Norvège, l’Islande, le Canada, la France, l'Irlande du Nord ou encore Israël, l’élue voulait ainsi faire sortir les femmes contraintes de vendre leurs charmes du marché de la prostitution.

«Des études montrent que 80% des femmes actives dans l’industrie du sexe mettraient immédiatement un terme à leur activité si elles le pouvaient. Il n’y a pas de prostitution sans contrainte, que celle-ci soit exercée par un proxénète, un clan, un partenaire ou causée par la détresse sociale», argumentait-elle.

Les jeunes «rejettent» la prostitution

Selon Marianne Streiff-Feller, les pays ayant franchi le pas de la sanction envers les clients ont obtenu des résultats jugés positifs. «Plus de 70% des Suédois, qui connaissent cette interdiction depuis 1998, sont aujourd’hui critiques à l’égard de la prostitution et, en Norvège, ce sont en particulier les jeunes hommes qui la rejettent», a-t-elle écrit dans le texte de son intervention.

Le modèle suédois contesté

(jba)

Votre opinion

7 commentaires