Canton de Vaud: Non, ces policiers ne font pas la fête en plein Covid
Publié

Canton de VaudNon, ces policiers ne font pas la fête en plein Covid

Ces dernières heures, les internautes se sont enflammés en partageant, et repartageant, un cliché sur lequel apparaissent des agents de sécurité aux côtés de femmes dénudées. Mais la photo a été sortie de son contexte.

par
Lauren von Beust
Des agents avaient posé pour un cliché aux côtés de La Zowi et de ses danseuses très court vêtues lors du Montreux Jazz, en juillet 2019. La photo a ressurgi ces dernières heures sur les réseaux sociaux. 

Des agents avaient posé pour un cliché aux côtés de La Zowi et de ses danseuses très court vêtues lors du Montreux Jazz, en juillet 2019. La photo a ressurgi ces dernières heures sur les réseaux sociaux.

lecteur reporter

Ils ont été nombreux à tomber dans le panneau. Alors que les rassemblements de plus de cinq personnes sont toujours interdits en intérieur, une photo de quatre policiers en uniforme, sans masque ni distanciation sociale, posant aux côtés de trois femmes en petite tenue a fait bondir les internautes sur les réseaux sociaux, ces dernières heures.

Ne pas tomber dans le panneau

«Voilà, ça s’amuse à Vevey…» ironise un utilisateur de TikTok. «C’est donc eux qui nous font respecter la loi, s’exaspère un autre, qui a repartagé lundi soir le cliché via Snapchat. Le contexte imposé par la pandémie explique sans doute la réapparition soudaine de cette photo, qui remonte pourtant à 2019 à Montreux (VD).

Pas plus tard qu’en janvier, un pot de départ organisé dans un commissariat non loin de Paris en France avait fait polémique. Sans masque ni distanciation sociale, les participants avaient dansé la Macarena et chanté à pleins poumons à l’heure du couvre-feu.

Rappelés à l’ordre

Sur la photo qui a ressurgi des profondeurs d’internet, Police Riviera y reconnaît ses agents et ceux de la Gendarmerie vaudoise qui étaient en service le soir où le cliché a été pris. «Il s’agissait d’une sortie de scène en marge du Montreux Jazz en 2019», explique mardi Dounya Schürmann-Kabouya, chargée de communication de l’Association Sécurité Riviera. Elle a elle-même croisé la photo sur les réseaux sociaux, le week-end dernier.

Policiers et gendarmes avaient alors posé avec la Zowi, chanteuse franco-espagnole et ses danseuses, après son concert au Liszto Club. Sur scène, toutes les trois répétaient des paroles peu catholiques, s’aspergeaient d’alcool, tout en se trémoussant sous le regard des spectateurs, incités à leur mettre la main aux fesses. Le show avait été décrit à l’époque comme «vulgaire» par lematin.ch.

1 / 4
Montreux, le 11 juillet 2019. La Zowi.
Photo d’archives.

Montreux, le 11 juillet 2019. La Zowi.
Photo d’archives.

LM/ Sébastien Anex
Montreux, le 11 juillet 2019. La Zowi. Photo d’archives. 

Montreux, le 11 juillet 2019. La Zowi. Photo d’archives.

LM/Sébastien Anex 
Montreux, le 11 juillet 2019. La Zowi.
Photo d’archives.

Montreux, le 11 juillet 2019. La Zowi.
Photo d’archives.

LM/Sébastien Anex 

Mais cette ambiance n’avait pas amusé tout le monde. Un an et demi plus tard, Dounya Schürmann-Kabouya déclare que «les agents ont été consécutivement rappelés à leurs devoirs. Notre organisation déplore les faits survenus. Uniformé ou pas, un policier doit toujours être exemplaire.»

Leçon à tirer pour les adeptes du web : lorsque l’on surfe en ligne, se méfier des informations que l’on y rencontre. Il convient notamment de s’assurer de leur origine.

Votre opinion