Lausanne (VD): Nonagénaire agressée: la jeune braqueuse prend 2 ans ferme

Publié

Lausanne (VD)Nonagénaire agressée: la jeune braqueuse prend 2 ans ferme

Une toxicomane lausannoise a été condamnée pour un home-jacking perpétré chez une nonagénaire. Le risque d'une récidive à sa sortie de prison est élevé.

par
Benjamin Pillard
Depuis son incarcération il y a près de 15 mois, la toxicomane de 22 ans – bien qu'abstinente en prison – a tabassé deux codétenues, dont une gravement.

Depuis son incarcération il y a près de 15 mois, la toxicomane de 22 ans – bien qu'abstinente en prison – a tabassé deux codétenues, dont une gravement.

Le Matin/Sébastien Anex

La chevalière de feu son mari comptait parmi la vingtaine de bijoux en or que Bernadette*, 90 ans, s'est fait dérober, en février 2017, après avoir été rouée de coups par la jeune Jessica*. Sur la bague étaient gravées les initiales du défunt, ainsi que la date des fiançailles du couple. «La nonagénaire tenait à la récupérer, mais l'objet n'a jamais été retrouvé, probablement revendu pour de la drogue», s'est désolé la procureure, Ximena Manriquez, hier devant le Tribunal correctionnel de Lausanne.

À son arrivée dans le prétoire, rien ne permettait d'affirmer que Jessica (22 ans) souffre toujours de toxicomanie, après 15 mois d'abstinence en détention préventive. Mais très vite, à ses réponses aux questions du premier président, Pierre Bruttin, les stigmates de ses vieux démons se sont fait jour. Une immaturité et une susceptibilité évidentes. Une fragilité certaine. «Ma cliente vient d'une famille particulièrement dysfonctionnante, avec – fait rare – un père qui a initié sa fille à la drogue quand elle avait 15 ou 16 ans, et qui se serait livré à des attouchements lorsqu'elle était enfant», a déclaré l'avocate de la cambrioleuse récidiviste, Me Claire Charton.

«Il lui donnait des stupéfiants à la place de médicaments», a pour sa part témoigné le frère aîné de Jessica, devenu vendeur à Fribourg. «En 2013, en Thaïlande, notre père lui a même uriné au visage après l'avoir tirée par les cheveux parce qu'elle refusait qu'il lui donne de l'opium…»

«Seule une peine de prison ferme est cependant à même de sanctionner son comportement odieux et agressif de l'an dernier: une violence lâche, écœurante, sordide et outrancière», a estimé la procureure Manriquez à l'heure de son réquisitoire. Et d'estimer que les addictions de la toxicomane borderline n'étaient pas seules en cause dans les coups de poing et de bougeoir assénés à Bernadette. Idem pour les menaces de mort.

Car la scène s'est reproduite à deux reprises envers des codétenues, avec un usage de la force décuplé – l'une d'elles gardera des troubles de la vision à vie – et sans consommation de drogue ni d'alcool. Verdict des trois juges: 2 ans de prison ferme, assortis d'un traitement psychiatrique, tel que requis. Les 4000 francs pour tort moral demandés par la retraitée seront versés par Jessica lorsque sa situation financière le permettra.

Au vu de sa libération imminente (potentiellement aux deux tiers de la peine, soit dans un mois), toutes les parties – y compris la défense – préconisent un placement en foyer spécialisé à sa sortie pour éviter une récidive qualifiée de «programmée» par le premier président Bruttin. Peu après le home-jacking, la braqueuse s'était en tout cas dite soulagée d'avoir été incarcérée, ayant alors eu peur de commettre des infractions «plus graves encore»…

Ton opinion