Publié

Euro-2012«Nos changements leur ont posé problème»

Toujours aussi flegmatique, le sélectionneur de la Roja Vicente del Bosque s'est félicité des entrées de Fabregas, Navas et Pedro. Un avis que ne partageait pas son homologue portugais Paulo Bento.

par
Mathieu Aeschmann
Keystone

Vicente del Bosque:

«Le Portugal s'est montré meilleur que nous sur le plan du pressing et du comportement défensif. C'était un combat difficile et je tiens à féliciter la sélection portugaise pour son tournoi. Nous avons simplement été un peu plus chanceux qu'eux lors de la séance de tirs au but.

J'ai décidé de sortir Xavi d'abord parce qu'il était fatigué et aussi car nous avions besoin de plus de vitesse. Je pense que nos changements ont posé des problèmes au Portugal. J'en veux pour preuve le comportement de mon équipe lors des prolongations. Il me donne de l'espoir en vue de la finale. Car nous avons clairement dominé le jeu sur la fin ce qui prouve l'expérience que mes joueurs ont accumulée depuis quelques années.

Cesc m'a demandé de tirer en cinquième position. Il voulait vraiment tirer dans une position décisive. Quant à Sergio Ramos, je crois qu'il a simplement remarqué que Rui Patricio plongeait vite et il a donc choisi de tirer comme Pirlo dimanche.»

Paulo Bento:

«Ce soir, nous avons été bien meilleurs durant les nonante minutes que pendant les prolongations. On s'est montrés agressifs, en essayant de maîtriser au maximum le cours du jeu. L'Espagne a bien sûr eu des occasions en première mi-temps mais je pense que nous avons été plus dangereux qu'eux dans la première moitié du match. Malheureusement, l'équipe n'a pas su saisir sa chance et marquer dans le temps réglementaire. Ensuite, l'Espagne a pris le contrôle du match et nous a poussés à défendre. Elle a affiché un peu plus de maîtrise après les entrées de Pedro et de Fabregas. Mais je pense surtout que nous avons perdu le ballon trop vite sur la fin de la rencontre.

Bien sûr que si j'avais pu choisir une façon de perdre, j'aurais choisi une autre issue. Mais le football de pointe est souvent une histoire de détails et de chance. On a manqué de ce petit supplément de chance tout au long du tournoi. Nous sommes l'équipe qui a le plus tiré sur les montants et, encore ce soir, Bruno Alves voit sa frappe repoussée par la transversale. Cela dit, nous n'avons pas perdu à cause de facteurs extérieurs. On a perdu simplement parce que l'Espagne s'est montrée plus efficiente lors de la séance des tirs au but. Elle mérite donc sa place en finale et nous pouvons seulement regretter ce petit manque de réussite qui nous accompagne.»

Ton opinion