Publié

SuisseNos entreprises ont investi 71 milliards à l'étranger

De 90 milliards de francs en 2015, les investissements à l'étranger se sont tassés à 71 milliards. Le repli reflète l'activité moindre de sociétés financières et des holdings.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Les autres secteurs ont en revanche affiché un volume de placement de capitaux en hausse, leurs investissements s'étoffant en l'espace d'un an de 46 à 62 milliards de francs, écrit vendredi la Banque nationale suisse (BNS). L'industrie a investi 29 milliards et les sociétés de services 33 milliards.

Les investissements directs en Europe, en particulier aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, se sont hissés à 58 milliards de francs. Ils ont résulté en grande partie de restructurations de groupes, dans le cadre desquelles des holdings en mains étrangères se sont associées à des participations.

Aux Etats-Unis, les firmes helvétiques ont investi 36 milliards de francs, des fonds en partie consacrés à des acquisitions. Elles ont par contre rapatrié 22 milliards d'entreprises établies dans les centres financiers offshore d'Amérique centrale et du Sud.

Stocks d'investissements en hausse

Les stocks d'investissements directs à l'étranger ont augmenté de 90 milliards pour atteindre 1215 milliards de francs. Cette croissance résulte principalement de flux d'investissements directs, les ajustements de valeur n'ayant joué qu'un rôle secondaire.

Sur ces 1215 milliards de francs, les sociétés financières et holdings en détenaient 452 milliards. Ces dernières étaient suivies de loin par les entreprises des secteurs de la chimie et des plastiques, dont les stocks d'investissements directs se montaient à 168 milliards.

Les revenus tirés des investissements directs à l'étranger se sont, eux, tassés de 6 milliards de francs en un an à 81 milliards. Dans le sens inverse, les entreprises étrangères ont investi 47 milliards en 2016, contre 78 milliards un an auparavant.

Sur cette somme, 27 milliards proviennent des sociétés financières et holdings. Les investissements des firmes non résidentes se sont montés à 9 milliards dans les autres services et à 4 milliards dans l'industrie.

Aussi pour les entreprises étrangères

En 2016, les stocks d'investissements directs étrangers en Suisse ont bondi de 123 milliards de francs, s'établissant à 965 milliards. L'accroissement concerne en premier lieu le capital de participation des sociétés financières et holdings et reflète l'appréciation de ce dernier.

Si l'on prend en compte le pays de l'investisseur immédiat, les firmes domiciliées dans l'UE détenaient 78% des stocks et celles domiciliées aux Etats-Unis 13%. Mais ce critère ne permet pas de connaître véritablement les pays de domiciliation des investisseurs contrôlant certaines entreprises suisses.

Les revenus de capitaux découlant des investissements directs étrangers en Suisse ont porté sur 62 milliards, contre 59 milliards en 2015. La hausse est surtout imputable à l'augmentation des revenus des sociétés financières et holdings.

Les entreprises suisses occupaient 2'044'000 personnes dans leurs filiales à l'étranger, dont 895'000 en Europe et 535'000 en Asie. Les effectifs employés ont progressé de 2%. En 2016, les entreprises en mains étrangères employaient 853'000 personnes en Suisse, soit quelque 17% de l'ensemble des effectifs de l'industrie et des services. En 2015, ce chiffre s'était inscrit à 849'000.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!