Publié

Hockey sur glace«Nos leaders doivent se réveiller»

En battant 3-1 FR Gottéron lors de l'acte V d'un quart de finale relancé, le HC Bienne s'est offert le droit de défier une sixième fois un adversaire au power-play en crise.

par
Frédéric Lovis
Les joueurs fribourgeois devront se ressaisir s'ils entendent continuer leur parcours en play-off.

Les joueurs fribourgeois devront se ressaisir s'ils entendent continuer leur parcours en play-off.

Jean-Christophe Bott, Keystone

A la BCF Arena, les yeux commencent à s'ouvrir au sortir d'une défaite qui permet aux Seelandais de revenir à 3-2 dans ce quart de finale pas encore plié. «Nous n'avons pas été dominants lors des trois premiers matches, que nous avons pourtant tous gagnés. Si Reto Berra avait sorti, à ces occasions-là, les prestations qu'il livre depuis l'acte IV, le résultat dans la série ne nous serait peut-être pas favorable ce soir.»

Ainsi parlait le président ad intérim de FR Gottéron, Michel Volet, au sortir d'une défaite qui fait mal au Dragon. «Notre début de match a été totalement catastrophique (ndlr: 0-2 après… 86 secondes de jeu!),» reprend le dirigeant. «Maintenant, ce sont vraiment les play-off qui commencent. Nos leaders doivent se réveiller. Je suis certains qu'ils le feront jeudi pour aller gagner ce quatrième match à Bienne.»

Pas sûr que le HC Bienne et Martin Steinegger entrevoient pareille issue jeudi soir. «Ce n'est pas la première fois cette saison que cette équipe s'arrache et trouve la force pour réaliser une grosse performance», rappelle le directeur sportif seelandais, en faisant notamment référence à la fin de saison régulière tonitruante qui a rendu possible une deuxième participation de suite aux play-off. «Voilà douze matches de suite maintenant que cette équipe montre quelque chose de phénoménal. Elle est à fond dedans. J'espère que le Stade de Glace sera à nouveau plein jeudi. Ce groupe mérite bien ça.»

Un groupe dont la profondeur se réduit comme peau de chagrin. Pour le duel de mardi, Clarence Kparghai (fin de saison?), épaule toujours douloureuse, a été contraint de jeter l'éponge. Ryan MacMurchy aussi, lui que l'on n'a plus vu dans le troisième tiers-temps. «Avant le début de la série, j'avais vraiment le sentiment que nous étions capables de battre FR Gottéron», ose Martin Steinegger. «Avec toutes ces blessures, le doute a commencé à s'installer. Je ne sais pas où ils vont chercher toute cette énergie.»

FR Gottéron, lui, n'a pas besoin de chercher trop longtemps ce qu'il doit à tout prix améliorer pour inverser la tendance. En ayant passé 10 minutes avec un hommes de plus sur la glace, puis 78 secondes en toute fin de match avec deux, voire trois joueurs en plus sur l'aire de jeu sans pouvoir marquer, cela a précipité sa perte.

Ton opinion