Hockey sur glace: «Nous devions réagir»
Publié

Hockey sur glace«Nous devions réagir»

Présent sur la glace lors des deux buts inscrits en début de match par GE Servette contre Berne (succès 2-1 du GSHC), Kevin Romy a montré la voie à suivre à ses coéquipiers.

par
Frédéric Lovis
Kevin Romy (à dr.) en compagnie de son coéquipier Jeremy Wick. Photo: Eric Lafargue

Kevin Romy, on a senti une grosse envie genevoise de bien faire dès les premières minutes de jeu. D'accord avec ça?

Oui, c'est vrai. Après le déplacement à Davos, où nous sommes passés à côté de notre match, nous devions réagir. Nous avons fait une très bonne entame de partie. Nous avons su concrétiser nos occasions. Et nous avons pu tenir le résultat jusqu'à la fin.

Avec un Kevin Romy omniprésent en début de match, qui a tiré l'équipe dans son sillage…

En début de match peut-être, mais je dirais aussi que Berne a pris l'ascendant sur la fin. Comme nous avons joué solides défensivement et comme nous avons été bons en infériorité numérique, nous pouvons retirer la satisfaction découlant de la victoire.

Un mot sur Gauthier Descloux, justement intraitable quand Berne a eu deux fois l'occasion de jouer à 5 contre 4 en début de dernier tiers?

Gauthier a su prendre la chance qui lui a été proposée. Il nous a donné un sacré coup de main.

Avec Christophe Bays nouvellement touché aux adducteurs et Robert Mayer qui se remet de sa chute à moto, GE Servette a-t-il déjà des problèmes de gardien?

Je dirais plutôt qu'il y a des gardiens qui prennent leur chance. Même si Bays n'a pas pu être aligné ce soir, Gauthier a su nous aider à prendre les trois points.

Vous restez invaincus à domicile malgré la venue du champion de Suisse en titre, est-ce une fierté supplémentaire?

Je pense que nous pouvons battre n'importe qui. Nous avons une équipe et un système solides. Nous sommes capables de nous montrer très dangereux quand nous jouons 60 minutes durant. C'est bien-sûr positif de voir tout ça contre une équipe comme Berne. Maintenant, il convient de continuer sur cette lancée samedi à Bienne, où ce ne sera pas facile.

Votre opinion