Football: «Nous n’avons pas joué un beau football, mais…», se contente Granit Xhaka

Publié

Football«Nous n’avons pas joué un beau football, mais…», se contente Granit Xhaka

Le capitaine de l’équipe de Suisse livre une analyse lucide de la victoire 2-1 contre l’Espagne samedi. Pas de quoi pour autant s’en plaindre. Au contraire.

par
Valentin Schnorhk
(Saragosse)
Contre des formations comme l’Espagne, il faut savoir se battre. Cela a mené l’équipe de Suisse de Granit Xhaka au succès.

Contre des formations comme l’Espagne, il faut savoir se battre. Cela a mené l’équipe de Suisse de Granit Xhaka au succès.

AFP

Dans ces moments-là, tout est plus facile. Il faut vivre l’instant, le savourer. Mais ne pas le surinterpréter non plus. La Suisse a réussi l’exploit de s’imposer 2-1 en Espagne et le travail du président de l’ASF est de tempérer un tant soit peu l’euphorie: «Nous devons désormais faire attention à ne pas placer les attentes trop hautes», calmait Dominique Blanc, non sans laisser paraître sa fierté: «La performance n’est pour moi pas une surprise. Je crois que ces joueurs ont toujours des ambitions très élevées. Nous avons vu que notre équipe est capable de tenir, de réaliser une prestation solide. Le capital confiance est en train d’augmenter.»

Un joueur l’incarne particulièrement bien. Manuel Akanji est le deuxième ou troisième leader de cette équipe de Suisse. Mais samedi, il aura été l’homme du match, avec des attitudes défensives rassurantes et, surtout, un but et une déviation décisive sur le 2-1.

«Cette équipe a pris de l’expérience»

Granit Xhaka, capitaine de l’équipe de Suisse

«Nous avons bien défendu, l’Espagne a été très peu dangereuse, c’est finalement surtout Renato (Steffen) qui a failli nous tromper, se marre le défenseur de Manchester City. Et puis, nous avons très bien profité de nos opportunités sur les coups de pied arrêtés. On les travaille à chaque fois, des fois ça marche, des fois pas. Cette fois, oui.»

L’analyse de Xhaka

«Chance ou pas chance», Granit Xhaka s’en cogne. Le capitaine de l’équipe de Suisse a l’analyse lucide et y accole une certaine fierté: «Nous n’avons pas joué un beau football ce soir, admet-il. Mais sur les plans de la tactique, de la mentalité, de l’envie, tout était sur le terrain.»

Même s’il a fallu s’adapter: «Nous avons de grosses attentes en tant qu’équipe: nous voulons jouer au foot, explique Xhaka. Mais il y a des nations contre lesquelles nous devons jouer différemment, nous devons avoir un plan B. Par le passé, face à de telles équipes, nous créions peu d’occasions, et nous ne marquons pas. Aujourd’hui, nous avons vu que les coups de pied arrêtés sont importants en football.»

Conclusion du patron: «Cette équipe a pris de l’expérience, elle s’est développée.» Bonne nouvelle en vue du Mondial.

Ton opinion