Football - «Nous voulions vraiment jouer cette rencontre»

Publié

Football«Nous voulions vraiment jouer cette rencontre»

Le FC Monthey recevra Lugano mercredi (18h) en Coupe de Suisse. Même si ses joueurs sont à court de compétition, le président Dominique Farronato se réjouit de pouvoir présenter une telle affiche dans le Chablais.

par
Claude-Alain Zufferey
Le président du FC Monthey, Dominique Farronato, est à la tête du club depuis 2014.

Le président du FC Monthey, Dominique Farronato, est à la tête du club depuis 2014.

DR

Dans le Chablais, lorsque l’on évoque une compétition sportive entre Monthey et Lugano, on pense automatiquement à du basketball. Eh bien, aujourd’hui mercredi (18h) les deux clubs ne s’affronteront pas sous les paniers, mais sur la pelouse du stade Philippe Pottier.

Les Montheysans, pensionnaires de 2e ligue inter, recevront le FC Lugano (Super League) dans le cadre des huitièmes de finale de la Coupe de Suisse. En cette année hors du commun, très difficile à gérer pour les équipes de ligues inférieures, c’est bien plus que quatre divisions qui séparent les deux adversaires du soir.

Le choc entre deux mondes

Ce sont deux mondes qui vont s’affronter: le FC Lugano carbure à plein régime depuis sept mois, tandis que les Valaisans sont au bénéfice d’une dérogation du médecin cantonal afin de pouvoir préparer ce match en effectuant des entraînements avec contacts, et quelques parties amicales.

«Ce match de Coupe est un vrai cadeau pour nous»

Dominique Farronato, président du FC Monthey

Trois semaines de préparation, c’est court. «Personnellement, je m’attache surtout au côté positif des choses. Nous sommes en tête du classement de 2e ligue inter. Normalement, nous allons boucler le premier tour de compétition et nous arrêter là. Nous avons donc quatre finales à disputer avec du coup l’avantage d’avoir pu commencer notre préparation avant nos futurs adversaires. Et ça justement grâce à ce match de Coupe de Suisse face à Lugano. C’est un vrai cadeau pour nous», commente Dominique Farronato, président du FC Monthey depuis 2014.

En pause depuis le 21 octobre 2020

Le dernier match officiel des Bas-Valaisans a eu lieu le 21 octobre 2020. Il remonte donc à plus de cinq mois. Pas sûr que suite à cette longue pause les hommes de l’entraîneur Cédric Strahm ne soient vraiment bien dans le rythme pour pouvoir rivaliser avec le troisième du classement de Super League. «À un moment donné, la Ligue suisse a parlé de ne pas faire disputer ce huitième de finale et de nous requalifier pour les 32es de finale de la saison prochaine. Nous n’étions pas favorables à cette solution. Pour nos jeunes joueurs, c’est une aubaine de pouvoir recevoir un adversaire de Super League», poursuit le président, qui se souvient encore très bien de la partie de 2019 face au FC Saint-Gall (1-4).

Un petit goût de 2019

Les conditions-cadres ne seront pas les mêmes mercredi soir, puisque ce huitième de finale se disputera à huis clos. Face aux Brodeurs, 2000 personnes avaient pris place dans les gradins et poussé le club bas-valaisan. Cette année, ce sont des véhicules qui vont remplacer les spectateurs. «Un de nos sponsors a accepté de monter une exposition de voitures lors de cette rencontre. En cette période de pandémie, à nous d’avoir de nouvelles idées. J’aime ce genre de défis», poursuit Dominique Farronato.

Pour arriver à ce stade de la compétition, le FC Monthey a battu Black Stars (Promotion League) au premier tour, et le FC Balerna (2e ligue tessinoise) lors des 16es de finale.

«Notre match sera retransmis en direct à la TV, c’est une excellente vitrine pour notre club, qui aspire à retrouver la première ligue»

Dominique Farronato, président du FC Monthey

Les joueurs ont pris goût à cette compétition et rentreront sur le terrain pour créer l’exploit. Mais physiquement, ils vont certainement avoir de la peine et toutes les erreurs vont se payer cash face à un adversaire d’un tel calibre. «Notre match sera retransmis en direct à la TV, c’est une excellente vitrine pour notre club, qui aspire à retrouver la première ligue. Nous sommes le club phare du Chablais», conclut le président, qui tient à avancer avec un contingent de jeunes de la région.

Il a également mis sur le banc, Cédric Strahm, un entraîneur montheysan. Ce choix, le président l’a fait contre l’avis des anciens du club, qui pensaient qu’il n’allait pas tenir plus de cinq matches à ce poste.

Ton opinion