Actualisé

Guerre civileNouveau raid meurtrier sur un mariage au Yemen

Une attaque de la coalition progouvernementale a visé une maison dans laquelle se déroulait une cérémonie de mariage, faisant au moins 13 morts.

Photo d'illustration - Les intérêts saoudiens et iraniens paralysent la situation au Yémen, déchiré par la guerre civile.

Photo d'illustration - Les intérêts saoudiens et iraniens paralysent la situation au Yémen, déchiré par la guerre civile.

Keystone

Un bombardement imputé par les rebelles à un raid aérien de la coalition sous commandement saoudien a fait au moins treize morts lors d'un mariage au Yémen, où des progrès sont signalés dans les efforts de paix de l'ONU.

La coalition arabe, vivement critiquée par des organisations de défense des droits de l'Homme pour les centaines de civils tués depuis le début en mars de son opération militaire au Yémen, n'a fait encore aucun commentaire sur ce drame.

Des témoins ont indiqué jeudi qu'une maison où se déroulait un mariage avait été touchée mercredi par une frappe aérienne de la coalition à Sanban, localité de la province de Dhamar, à 100 km au sud de la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles chiites Houthis.

«Un nouveau crime»

«L'hôpital de Dhamar a reçu 13 corps et 38 blessés», a déclaré à l'AFP une source médicale.

«Les avions de la coalition ont lancé l'attaque. La maison a été complètement détruite», a témoigné un résident, Taha al-Zuba, ajoutant que «des avions de combat ont été entendus dans le secteur» avant le bombardement.

Le 28 septembre, 131 personnes, dont des femmes et des enfants, avaient été tuées lors d'une fête de mariage dans la région de Mokha (sud-ouest) mais la coalition arabe avait nié que cette tragédie ait été la conséquence d'un raid de son aviation.

Les Houthis, qui contrôlent une partie du Yémen, dont la capitale, ont accusé jeudi l'Arabie saoudite d'avoir commis «un nouveau crime».

C'est «l'aviation de l'agression saoudienne» qui a bombardé la maison, a assuré l'agence de presse Saba, contrôlée par les Houthis, faisant état de «60 morts et blessés» et précisant qu'une trentaine de personnes «étaient ensevelies sous les décombres».

L'Arabie saoudite a pris la tête fin mars d'une coalition arabo-sunnite qui tente militairement de venir à bout des Houthis, rebelles issus de la minorité zaïdite chiite accusés de liens avec l'Iran, et de réinstaller à Sanaa le président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale.

Selon l'ONU, quelque 5000 personnes ont été tuées et 25'000 blessées, dont de nombreux civils, dans le conflit au Yémen.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!