France - Nouveaux tags racistes sur un centre culturel musulman 

Publié

FranceNouveaux tags racistes sur un centre culturel musulman

À Rennes, des inscriptions racistes ont été découvertes sur le mur d’un centre culturel islamique. C’est la deuxième fois en un mois.

Des tags similaires avaient été faits début avril avant d’être recouverts. 

Des tags similaires avaient été faits début avril avant d’être recouverts.

AFP

De nouveaux tags racistes, faisant allusion au récent attentat de Rambouillet, ont été découverts vendredi matin sur un mur du centre culturel islamique Avicenne de Rennes, a constaté un journaliste de l’AFP. Le centre avait déjà été visé le 12 avril.

«On vous avait prévenu (sic), l’immigration tue... #Rambouillet», «Français réagissez, Mélanchon (sic) collabo», pouvait-on lire sur le mur extérieur du centre culturel qui abrite une mosquée.

La police était sur place vendredi matin. En fin de matinée, des employés municipaux ont effacé les inscriptions, a constaté l’AFP.

Pour le président du centre Avicenne Ahmed Ait Chikh, ces nouveaux tags, en plein mois de ramadan, sont «choquants». «On est deux fois de suite la cible. Aujourd’hui c’est un sentiment de peur, les fidèles ont vraiment eu peur ce matin, on nous observe et nous attaque», a-t-il confié à l’AFP.

«On ne connaît pas le niveau de folie de ces personnes», a-t-il ajouté, redoutant des agressions physiques. Il a demandé le renforcement de la sécurité avec «des caméras et des barrières». Depuis les précédents tags, des rondes de police ont lieu.

«On ne veut pas qu’il y ait un emballement», a également souligné Ahmed Ait Chikh, rappelant que le projet associatif du centre était «le vivre ensemble».

Des faits condamnés

Membre du conseil d’administration du centre Avicenne, Marie-Françoise Bourblanc a dénoncé «une volonté de déstabiliser la communauté musulmane» et «une provocation en plein débat sur la laïcité» et après «des déclarations un peu particulières» de généraux.

Dans un tweet, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné les inscriptions.

Abdallah Zekri, président de l’Observatoire contre l’islamophobie, a indiqué «ne pas être surpris de ces nouveaux tags». «Nous sommes en pleine période électorale et nous constatons que, sur les chaînes en continu, on fait l’amalgame à longueur de temps entre immigration et terrorisme. Des personnalités politiques alimentent ce discours», a-t-il déploré .

Une fonctionnaire de police, Stéphanie Monfermé, a été assassinée vendredi dernier par un Tunisien de 36 ans dans un commissariat de Rambouillet (Yvelines). Une cérémonie d’hommage national était organisée vendredi matin en présence du Premier ministre Jean Castex.

Le centre Avicenne avait déjà été visé le 12 avril à deux jours du début du mois de ramadan par des tags faisant référence à «la France éternelle» et aux croisades. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’était rendu le soir même à Rennes pour rencontrer les responsables du culte musulman et dénoncer «des insultes aux musulmans français, des insultes à la France».

()

Ton opinion